Égouts industriels à Shawinigan: la hausse passera de 475 % à 245 %

Le conseil municipal de Shawinigan a entendu le message des dirigeants... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le conseil municipal de Shawinigan a entendu le message des dirigeants d'entreprises au sujet de la hausse de la taxe sur les égouts industriels, mais ils devront tout de même digérer une forte augmentation en 2016.

En séance publique régulière mardi, le conseiller du district des Boisés, Martin Asselin, a présenté un avis de motion annonçant pour une prochaine séance une autre modification au règlement sur la taxation pour l'exercice en cours. Cette nouvelle version visera à «uniformiser la méthode de tarification du service d'égout industriel à toutes les industries, quelle que soit leur évaluation foncière.»

En conséquence, le taux s'établira à 0,3998 $ par tranche de 100 $ d'évaluation pour toutes les entreprises. Il s'agit d'une hausse de 245 % par rapport à celui de 0,1159 $ appliqué depuis 2012.

Rappelons que dans le règlement adopté en début d'année, ce taux était passé à 0,6664 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. Les propriétaires devaient ainsi absorber une augmentation de 475 % d'un seul coup. 

Dès la réception des comptes de taxes, le téléphone s'est fait entendre à l'hôtel de ville. En mars, les élus ont décidé de modifier ce règlement pour les entreprises dont l'évaluation foncière ne dépasse pas 500 000 $. Celles-ci voyaient ainsi leur taxe sur l'égout industriel être réduite à 0,3998 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. 

Par contre, ce changement ne touchait pas les plus grandes entreprises manufacturières de Shawinigan et à leur tour, elles se sont manifestées. Voilà pourquoi, en début de semaine, le conseil municipal a annoncé sa décision de «réduire» cette taxe pour tout le monde.

Bien que la hausse demeure très importante, il s'agit aussi d'un casse-tête pour la Ville de Shawinigan, qui comptait sur ces revenus supplémentaires dans le contexte que l'on connaît. En ramenant la taxe sur les égouts industriel de 0,6664 $ à 0,3998 $ par tranche de 100 $ d'évaluation, elle perd environ 177 000 $ en revenus, dont 150 000 $ des entreprises dont l'évaluation surpasse les 500 000 $.

«Il va falloir trouver cet argent, peut-être un peu dans nos surplus accumulés», avance le maire, Michel Angers. «C'est sûr que pour les entreprises, il y a aussi un ajustement, parce que la taxe était beaucoup trop basse avant.»

Le dernier rôle triennal d'évaluation avait rabaissé les valeurs industrielles de 35 % à Shawinigan. Même en soustrayant l'impact de la fermeture de la papeterie Laurentide, le recul atteint 12,5 %.

«En réduisant cette taxe, certaines entreprises vont payer encore moins cher leur compte que l'an dernier, en raison de la baisse importante de leur évaluation municipale», souligne M. Angers. «Pour d'autres, évidemment, ça va augmenter. Ça se passe comme dans le secteur résidentiel. Il faut mettre une ligne à quelque part.»

Le maire n'a pas voulu s'avancer sur la nécessité d'imposer des hausses plus progressives pour ce service à l'avenir, afin d'éviter un choc tarifaire comme celui de cette année.

«Autrefois, le milieu industriel était très fort ici, donc il nous amenait beaucoup de revenus», explique-t-il. «Dans ce contexte, les augmentations étaient moins nécessaires. Des choses ont été faites dans le passé et des réajustements doivent se faire. Il faut dire aussi que nous avons perdu nos usines sur une courte période.»

Réaction de la CCIS

Martin St-Pierre, directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan, s'était déplacé à cette assemblée publique pour prendre connaissance des derniers développements dans ce dossier. Une quinzaine de membres avaient communiqué avec lui au cours des derniers mois pour dénoncer la hausse faramineuse de la taxe sur les égouts industriels.

Du même souffle, M. St-Pierre reconnaît que les propriétaires du secteur manufacturier devront tout de même absorber une augmentation considérable, mais il accueille favorablement le compromis proposé par les élus.

«Nous avons fait nos représentations et nous avons démontré à la Ville que cette augmentation était démesurée», commente-t-il. «Évidemment, la maintenir à 100 %, c'était hors de question. Je salue l'effort que la Ville a fait.»

M. St-Pierre ne s'attend toutefois pas à ce que les dirigeants d'entreprises remercient les élus pour cette hausse de 245 %.

«Ça va encore créer des insatisfactions, mais nous sommes conscients qu'une dévitalisation a été générée dans les dernières années», ajoute-t-il. «Nous aurions préféré que le rattrapage se fasse d'une autre façon, mais c'est un moindre mal.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer