Le manège militaire Gérard F. Dufresne voit le jour

L'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien, et... (Olivier Croteau)

Agrandir

L'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien, et l'actuel ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, ont marché près des troupes du 62e Régiment d'artillerie de campagne lors de la cérémonie visant à renommer le manège militaire de Shawinigan au nom de Gérard Dufresne.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La cérémonie visant à renommer le manège militaire de Shawinigan au nom de Gérard Dufresne s'est déroulée en grande pompe samedi.

C'est le député de Saint-Maurice-Champlain, Francois-Philippe Champagne, qui... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

C'est le député de Saint-Maurice-Champlain, Francois-Philippe Champagne, qui a convaincu le ministre de la Défense nationale de se déplacer à Shawinigan pour l'occasion. On le voit ici en compagnie de l'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Des invités provenant du monde politique fédéral s'étaient réunis pour l'occasion. L'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien, tenait à être présent, tout comme l'actuel ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

La cérémonie de dénomination avait été orchestrée par le 62e Régiment d'artillerie de campagne. Les invités d'honneur se sont succédé au micro et tous s'entendaient pour dire que Gérard Dufresne méritait d'avoir son nom accolé au manège militaire.

En plus d'avoir été maire de Shawinigan entre 1963 et 1966, il a occupé le poste de commandant et de colonel honoraire du 62e Régiment. Il a également veillé sur les intérêts des militaires de Shawinigan pendant plus de 40 ans.

Jean Chrétien a tenu à rendre hommage à cet homme bien connu à Shawinigan qu'il a pu côtoyer. «[Il] était un grand personnage. C'était un homme coloré comme il n'y en a pas. Il avait un franc-parler extraordinaire et il était un homme d'affaires très dynamique», a-t-il souligné. «S'il y avait quelqu'un à Shawinigan qui méritait l'honneur qu'on offre à Gérard Dufresne, c'est bien lui».

Lors du dévoilement de la plaque officialisant le manège Gérard F. Dufresne, la famille de M. Dufresne semblait visiblement émue de tant de reconnaissance. Les filles de M. Dufresne, Monique et Suzanne, débordaient de fierté devant ces honneurs réservés à leur père décédé en janvier 2013.

«L'armée, c'était sa deuxième famille. Il a travaillé très, très fort pour l'armée, pour faire grossir les deux manèges», explique Monique Dufresne. Ce changement de nom est pour elle la consécration de leur père. «Quand on l'a appris, on était vraiment contentes parce que pour lui, je pense que c'est le couronnement de sa carrière militaire», constate quant à elle sa soeur Suzanne. «D'où il est maintenant, je suis certaine qu'il doit regarder ça avec un gros sourire et beaucoup de fierté».

Que retiennent-elles de cet homme? «La joie de vivre», assurent-elles. «Un très bon vivant, mais en même temps très humain, c'est un homme qui avait beaucoup de coeur. Il était toujours là pour aider tout le monde», soutient Monique Dufresne.

C'est à la demande de François-Philippe Champagne, député de Saint-Maurice-Champlain et Secrétaire parlementaire du ministre des Finances, que le ministre Sajjan est venu au Québec.

«L'avantage d'avoir un ministre comme M. Sajjan, c'est que c'est quelqu'un qui a servi dans l'armée. Il comprend bien l'importance de reconnaître les militaires», a soutenu M. Champagne. Les deux hommes ont pu visiter la base militaire de Valcartier vendredi de même que la Citadelle de Québec.

Le député de Saint-Maurice-Champlain a bien fait comprendre au ministre de la Défense le rôle qu'a joué Gérard Dufresne dans l'histoire de Shawinigan. Il n'en fallait pas plus pour le persuader d'assister à la cérémonie de dénomination du manège militaire de Shawinigan. «C'est un privilège d'être ici. C'est plus qu'une seule personne, c'est tout le Régiment et c'est important de reconnaître ce sacrifice», a reconnu le ministre.

François-Philippe Champagne se réjouit que M. Sajjan n'ait pas été difficile à convaincre. «Pour moi, ça démontre l'importance que les ministres fédéraux accordent aux régions. C'est important de faire venir nos ministres dans nos régions pour leur faire comprendre les réalités régionales», a soutenu M. Champagne.

Le ministre de la Défense nationale s'est exprimé sur les violents incendies qui font rage à Fort McMurray. Il assure que le gouvernement reste à l'écoute des besoins de la population afin d'être prêt à intervenir selon l'évolution de la situation.

«Certaines troupes sont formées pour combattre les feux. Si le besoin se fait sentir, nous avons déjà des troupes formées pour faire face à ces évènements. Elles seront là», assure-t-il.

«Nos pensées sont avec les familles qui ont perdu leur maison. Nous serons à leurs côtés pour les supporter, nous essayons de leur apporter l'aide nécessaire, pas seulement avec des avions», a-t-il ajouté.

Harjit Sajjan s'est exprimé devant les troupes du 62e Régiment. Même s'il ne parle qu'en anglais, il a eu ces quelques mots en français pour eux: «Vous tous en uniforme servez le Canada et c'est mon travail comme ministre d'être à votre service».

Le ministre Sajjan a semblé enchanté de sa visite au Québec et compte même y revenir. «J'aimerais bien amener ma famille ici pour qu'elle ait la chance de visiter», a-t-il formulé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer