États financiers 2015 à Notre-Dame-du-Mont-Carmel: une bonne année pour la SQ

Luc Dostaler, maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Luc Dostaler, maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Notre-Dame-du-Mont-Carmel) Si la qualité de la présence de la Sûreté du Québec sur un territoire se transpose en constats d'infraction, les citoyens de Notre-Dame-du-Mont-Carmel ont été gâtés en 2015. En effet, dans le rapport financier de la dernière année qui vient d'être adopté par le conseil municipal, les sommes d'argent provenant des amendes et des pénalités ont bondi de 38 % par rapport à 2014.

Il ne s'agit sans doute pas d'un élément déterminant dans des revenus de près de 5,3 millions $, mais les sommes provenant des constats émis l'an dernier, à 63 527 $, représentent tout de même le quart du bénéfice de l'exercice de 2015, qui s'établit à 252 691 $.

En ajoutant les éléments de conciliation à des fins fiscales, le surplus de la dernière année atteint 99 683 $.

Les amendes et les pénalités comprennent également les montants recueillis pour des retards de remises de livres à la bibliothèque ou la surveillance pour l'utilisation de l'eau potable. Mais la très forte majorité du montant provient du travail de la Sûreté du Québec.

Cette source de revenus augmente continuellement à Notre-Dame-du-Mont-Carmel au cours des dernières années. En 2012 par exemple, elle s'établissait à 32 033 $. Malgré tout, le conseil municipal n'avait prévu que 25 000 $ en amendes et pénalités dans son budget 2015.

«Je reçois beaucoup d'appels de gens des quartiers résidentiels - et ça va recommencer avant longtemps - de conducteurs qui font de la vitesse, qui ne font pas leurs arrêts, relate le maire, Luc Dostaler. Nous faisons donc un suivi très, très serré.»

«Je suis très heureux de la présence de la SQ. Bien entendu, ça veut dire qu'il y a des endroits où il y a de la vitesse et il faut arrêter ces comportements dérangeants ou dangereux. Mais je ne reçois pas de commentaires négatifs comme quoi on voit la police trop souvent, ça c'est sûr!»

Le maire observe que les rangs et certains quartiers résidentiels tels qu'au lac Bédard et au lac Doucet constituent des points chauds. La Municipalité s'est équipée d'un afficheur de vitesse mobile pour recueillir de précieuses informations dans un secteur donné et ainsi, justifier l'intervention des forces de l'ordre.

Le rang Saint-Flavien, qui mène vers la centrale La Gabelle, demeure un segment fructueux pour les policiers.

«On dirait que le temps que les gens perdent pour attendre à la lumière (aux barrières, avant la traverse), ils veulent le regagner dans le rang», image M. Dostaler. «Avec la fermeture en juin, ça risque de diminuer la pression à cet endroit pour au moins un an.»

Le maire précise qu'il n'est pas tant soucieux des revenus obtenus grâce à ces interventions que du sentiment de sécurité qui habite sa communauté.

«Le chèque, au bout de la ligne, ne m'intéresse pas. Moi, je veux que les policiers soient présents et qu'ils aillent aux endroits où il y a des problèmes. Nous sommes à la limite du territoire de Shawinigan, alors des gens pensent que les policiers sont moins présents. Je veux changer cette mentalité.»

Contribution du surplus

Notre-Dame-du-Mont-Carmel a encaissé des revenus de taxes de 4,7 millions $ en 2015, en légère hausse de 1,6 % par rapport à 2014. 

Encore l'an dernier, le conseil municipal a décidé de piger dans ses surplus accumulés non affectés pour équilibrer le budget. Une ponction de 87 600 $ a ainsi été effectuée. M. Dostaler mentionne toutefois que cette pratique n'a pas été répétée en 2016.

«Nous avons imposé une légère augmentation de la taxe foncière cette année», rappelle-t-il. «Nous avons donc choisi de ne pas toucher au surplus. Je ne peux pas dire que c'est une nouvelle pratique qui s'installe. Je n'ai pas trop de problème à toucher à nos surplus, de façon raisonnable. On fait attention, on veut se garder un bas de laine. Mais la discussion est reprise annuellement.»

L'excédent de fonctionnement non affecté se situe tout de même à 673 125 $, un montant qui comprend un investissement de 110 000 $ en 2015 pour l'achat d'un ancien dépanneur du rang Saint-Flavien, transformé au bénéfice d'organismes communautaires et sportifs.

Enfin, au 31 décembre, l'endettement total net à long terme de Notre-Dame-du-Mont-Carmel s'établissait à 6,1 millions $, montant qui inclut la quote-part de la dette de la MRC des Chenaux, soit 208 336 $, de même que celle de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie, à 1,1 million $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer