Aéroport de Trois-Rivières: «Bel outil de développement»

La Ville de Trois-Rivières souhaite apporter certaines modifications...

Agrandir

La Ville de Trois-Rivières souhaite apporter certaines modifications à son aéroport permettant d'offrir des vols commerciaux de passagers à partir de la capitale régionale.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «L'objectif qui est d'avoir un aéroport qui prenne de l'expansion, ce serait un bel outil de développement économique pour la région.»

François-Philippe Champagne est bien au courant de la volonté de la Ville de Trois-Rivières d'apporter certaines modifications à son aéroport permettant d'offrir des vols commerciaux de passagers à partir de la capitale régionale.

Cette mise aux normes de l'aéroport exige des investissement autour de deux millions de dollars. La Ville souhaite profiter d'un appui financier du gouvernement fédéral et des discussions ont eu lieu à cet effet, indique le député de Saint-Maurice-Champlain.

«Le maire Lévesque m'en a parlé récemment, on a rencontré les gens d'IDE Trois-Rivières sur ce dossier-là. C'est un dossier qui demande un peu plus de temps, un dossier relativement complexe entre différents ministères. Mais je travaille pour le faire avancer.»

Concernant l'aide de 30 millions de dollars confirmée par le fédéral pour les victimes de la pyrrhotite, M. Champagne refuse de s'avancer sur une possible contribution accrue de la part du gouvernement, rappelant que le fédéral avait fait sa part.

«On a livré ça en 150 jours. J'espère que la province et les autres instances vont faire leur bout de chemin.»

M. Champagne mentionne qu'il discute avec les ministères concernés afin d'allouer les crédits le plus rapidement possible dans le programme provincial. Il est aussi au courant de toutes les discussions entourant la portion de pyrrhotite dans le béton qui pourrait être acceptable. Mais pour l'instant, ses énergies sont concentrées à l'aide à apporter aux victimes.

«Ma première mission, c'est être sûr que l'aide arrive aux gens. Je veux m'assurer que ce soit fait et bien fait. Une fois que ce sera fait, je regarderai pour les autres mesures qui peuvent être faites dans l'avenir.»

D'autre part, le député Champagne se dit très à l'aise avec les révélations faites par Le Journal de Montréal concernant les liens entre la société Bionest, dont il a été administrateur, et un actionnaire établi dans un territoire britannique reconnu comme étant un paradis fiscal.

«C'est une vieille histoire que le NPD a sorti dans la campagne. Les politiciens comme moi, tout ce qu'on fait, tout nos avoirs, c'est public. Tout ce que j'ai fait dans ce dossier est légitime. Les journalistes ont fait leur enquête et ils sont arrivés à ça.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer