Des millions $ pour le Centre de métallurgie

Le député François-Philippe Champagne tient dans ses mains... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le député François-Philippe Champagne tient dans ses mains un vaisseau spatial et un orignal miniatures faits d'acier inoxydable grâce à l'imprimante 3D acquise par le Centre de métallurgie du Québec. Il est accompagné du directeur général du Cégep de Trois-Rivières, Raymond-Robert Tremblay, et du directeur général du CMQ, Gheorghe Marin.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Centre de métallurgie du Québec vient juste de recevoir la somme nécessaire à la conclusion du financement de la phase 3 de son plan de développement que la direction planche déjà sur une quatrième phase impliquant des investissements variant entre cinq et huit millions de dollars.

La direction de ce centre de transfert technologique du Cégep de Trois-Rivières veut développer de nouvelles technologies pour la mise en fonction des terres rares. Les éléments de terres rares sont composés de près de 20 métaux nécessaires à la fabrication de batteries rechargeables, d'appareils électroniques et d'équipements d'imagerie médicale.

«On sera le plus important centre de métallurgie en Amérique du Nord. Avec la phase 4, ça ne fera pas de doute pour tout le monde», raconte Gheorghe Marin, le directeur général du Centre de métallurgie du Québec.

M. Marin refuse de dévoiler les détails du projet de la phase 4. Mais il confirme que des approches pour du financement public ont été réalisées.

«On a déposé notre intention auprès des gouvernements. On attend des réponses cette année», ajoute M. Marin, interviewé en marge de la conférence de presse présentée mardi confirmant le versement d'une subvention du gouvernement fédéral à la phase 3 du plan de développement axé sur l'accroissement de l'expertise en matière d'essais non destructifs de pièces métalliques.

Par l'entremise de Développement économique Canada, le fédéral verse 1,5 million de dollars à ce plan de 4,7 millions de dollars. La phase 3 du plan consiste à ajouter 8000 pieds carrés à la bâtisse de la rue Westinghouse, à Trois-Rivières, afin d'accueillir de nouveaux équipements. La subvention fédérale couvre précisément l'ajout d'équipements hautement sophistiqués dans le développement et l'analyse de pièces métalliques.

Un microscope électronique à balayage et une imprimante 3D par projection de poudre métallique ont été acquis durant la phase 3 du plan de développement. L'imprimante 3D permet de développer des moules en sable pour le secteur de la fonderie et de réaliser des pièces métalliques très spécialisées.

«Cette imprimante a été conçue pour le Centre de métallurgie du Québec. On a demandé à travailler avec la poudre métallique et avec le sable. C'est un appareil de haute précision», explique M. Marin.

Selon François-Philippe Champagne, ce plan de développement du Centre de métallurgie du Québec correspond au désir du gouvernement Trudeau de miser sur l'innovation pour assurer une croissance économique appréciable.

«Cette subvention qu'on annonce entre exactement dans ce qu'on veut faire: stimuler l'innovation, stimuler l'excellence des entreprises avec de nouvelles technologies et favoriser l'éducation. Si on veut amener un niveau de croissance économique supérieur, on doit stimuler ces trois piliers», raconte le député de Saint-Maurice-Champlain.

Les bonnes nouvelles ne cessent d'arriver au Centre de métallurgie du Québec. Le directeur général du Centre de métallurgie a aussi annoncé qu'un four de fusion par arc au plasma pourra être utilisé dès l'hiver prochain. Cet équipement de 2,2 millions de dollars permet de réaliser des alliages de métaux à des points de fusion très élevés, possiblement jusqu'à 3000 degrés Celsius, pour des produits destinés notamment pour l'industrie aéronautique, le secteur militaire et le milieu médical.

«On ne peut pas faire actuellement des alliages en haut de 1600 degrés Celsius, mentionne le directeur général. Avec ce four, on peut aller à 2000 degrés sans problème. Ça permet de fusionner différents types de métaux comme le titane, le zirconium.»

Le Centre de métallurgie du Québec peut miser sur ce nouvel équipement, car il a remporté le concours de la Fondation canadienne pour l'innovation l'automne dernier. Québec et Ottawa paient chacun 40 % de la facture, le reste est couvert par le CMQ.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer