Transport collectif: Couillard confiant de voir la CDPQ respecter l'échéancier

Philippe Couillard... (Archives La Presse)

Agrandir

Philippe Couillard

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'échéancier de 2020 proposé par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CPDQ) pour la mise en service de son mégaprojet de transport collectif de 5,5 milliards $ n'est pas trop ambitieux, croit le premier ministre Philippe Couillard.

En marge du Forum Innovation d'Aéro Montréal, lundi, au Palais des congrès de Montréal, M. Couillard a affirmé que la Caisse avait déjà démontré sa capacité à respecter ses engagements dans le passé.

Il a notamment donné en exemple la Canada Line - le métro aérien reliant l'aéroport au centre-ville de Vancouver - dans laquelle la CDPQ détient une importante participation. Ce projet d'environ 2 milliards $ avait été livré en octobre 2009, soit près de quatre mois avant l'échéance prévue, ainsi que dans le respect des budgets. «Nous avons devant nous des professionnels aguerris qui ont démontré partout dans le monde leur capacité à respecter leurs engagements», a estimé M. Couillard au cours d'une mêlée de presse.

Celui-ci a toutefois concédé que son gouvernement devra se mettre en «mode exécution», notamment en ce qui a trait à l'analyse environnementale du projet.

M. Couillard estime que le projet présenté vendredi dernier par CDPQ Infra permet à la population de se remettre à rêver à de grands projets, ajoutant n'avoir jamais vu une aussi belle annonce pour Montréal depuis la création du métro. «C'est une nouvelle génération, une nouvelle vision pour Montréal, a estimé le premier ministre. Cela prouve que l'on peut diminuer les émissions de gaz à effet de serre et favoriser le développement économique.»

Le Réseau électrique métropolitain (REM) propose un circuit de train électrique de 67 kilomètres reliant tant la Rive-Sud que la Rive-Nord jusqu'à Deux-Montagnes en passant par Laval, de même que l'aéroport Trudeau et l'Ouest de l'île jusqu'à Sainte-Anne-de-Bellevue.

CDPQ Infra prévoit être l'opérateur du réseau et faire ses frais sur la rentabilité à long terme, les éventuels profits étant par la suite versés à la Caisse. La filiale de la CDPQ prévoit investir 3 milliards $ de ses propres fonds, le reste des 5,5 milliards $ devant provenir de Québec et d'Ottawa, une structure qui n'a pas surpris M. Couillard. «J'ai l'intention d'interpeller M. (Justin) Trudeau et de discuter avec lui de nos trois grandes priorités en matière de transport en commun; le projet de la CDPQ, le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et le projet de SRB à Québec», a-t-il affirmé.

Si son gouvernement s'attendait à devoir prendre une participation dans ce projet, M. Couillard n'a pas voulu s'avancer sur la répartition des sommes à injecter par les deux paliers de gouvernement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer