Mouille-toi pour le cancer: 200 nageurs repoussent leurs limites

Plus de 200 nageurs se sont relayés pendant... (Olivier Croteau)

Agrandir

Plus de 200 nageurs se sont relayés pendant 12 heures à l'occasion de la 4e édition du défi Mouille-toi pour le cancer.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Nicolet) Nager à relais pendant 12 heures. Le défi est immense, mais ils sont plus de 200 nageurs à l'avoir relevé pour la 4e édition de l'évènement Mouille-toi pour le cancer. Réunies au centre sportif de l'École nationale de police de Nicolet, les 36 équipes ont effectué des longueurs sans relâche de 6 h 30 à 18 h 30 dimanche.

L'objectif était double cette année. On voulait récolter 40 000 $, mais aussi atteindre le chiffre magique de 100 000 $ en quatre éditions du défi. Dans les deux cas, ce fût mission accomplie. En effet, les participants ont fait sauter la banque alors que plus de 47 500 $ ont été amassés. La responsable de l'évènement, Martine Côté, était comblée face à ces résultats inattendus. «Ça a vraiment été un effort collectif», tenait-elle à souligner.

Si l'évènement vise tout d'abord à amasser des fonds pour le cancer, certains groupes utilisent maintenant ce défi comme prétexte pour se remettre en forme. La responsable de l'évènement qui est instructrice en conditionnement physique de profession, se réjouit de voir les gens plonger tête première dans ce défi. «Il y a des gens qui se sont entraînés tout l'hiver, qui ont vraiment pris le défi au sérieux. Ils le font pour une meilleure santé et pour développer de saines habitudes de vie».

«On a des nageurs de tous les niveaux. La plupart des gens, ce sont des nageurs du dimanche», souligne-t-elle, ajoutant que les participants sont âgés entre 4 et 65 ans.

Martine Côté avait l'habitude de prendre part au défi. Cette année, devant l'ampleur de l'évènement, elle a dû se contenter d'être sur le bord de la piscine et de coordonner les équipes.

Outre le fait que la natation est un de ses sports de prédilection, c'est également en l'honneur de sa soeur que l'évènement a été mis sur pied. «Je voulais un défi à la hauteur du cancer de ma soeur. Ma soeur avait un très gros cancer», précise-t-elle. «J'ai pris les moyens pour arriver à nager 10 heures. Ma motivation, c'était la maladie de ma soeur. C'était très demandant quand je l'ai fait la première année», se remémore-t-elle.

Martine Côté prendra le temps de souffler un peu, mais elle ne dit certainement pas non à une 5e édition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer