Quartier durable: Shawinigan réduit son appétit

Le maire de Shawinigan Michel Angers.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan Michel Angers.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le conseil municipal de Shawinigan doit réduire ses attentes en ce qui concerne l'aménagement d'un quartier durable inspiré d'un concept de ville intelligente. En effet, le Fonds municipal vert de la Fédération canadienne des municipalités ne viendra finalement pas en aide pour la réalisation de ce projet.

En conséquence, les élus ont décidé de réduire de 380 000 $ à 315 000 $ le montant du règlement d'emprunt adopté à cette fin en septembre 2014.

«Il faut faire des études préalables pour voir le niveau de contamination et les opportunités d'un plan d'affaires qui transformerait ces endroits en écoquartiers en développement durable», explique le maire, Michel Angers. «Quand on fait des demandes au Fonds municipal vert, parfois c'est accepté et parfois, ça ne l'est pas. Dans ce cas, on réduit passablement le budget.»

Le règlement d'emprunt prévoit une somme de 75 000 $ pour l'évaluation de la situation, qui comprend une analyse de marché et de rentabilité. Un état de situation du quartier avec des objectifs de gestion d'énergie, d'eau, de matières résiduelles, d'utilisation des sols, de transport durable et d'aménagement d'espaces verts entre également dans ce survol, de même qu'une analyse de cas. L'emprunt comprend aussi la création d'une vision de développement durable et l'élaboration d'un plan d'action.

«Ça prend un promoteur», précise le maire. «Ça fait partie du plan d'action de notre nouveau schéma d'aménagement. On souhaitait pouvoir réhabiliter des terrains contaminés, qu'un promoteur en paye une partie et que le Fonds paye l'autre partie pour ainsi démarrer des projets possiblement bien placés sur le bord de l'eau. Ça reste des projets.»

Le refus d'une aide financière du Fonds municipal vert a aussi forcé les élus à revoir le montant prévu pour l'élaboration d'un plan d'action pour la réduction des gaz à effet de serre et l'adaptation aux changements climatiques. En juillet 2014, ils avaient prévu 350 000 $ pour ce projet, mais le budget a été revu à 200 000 $ lors de la dernière assemblée publique régulière.

Autres emprunts diminués

À la même occasion, le conseil municipal a réduit plusieurs autres emprunts en raison de changements dans des projets qui avaient été annoncés.

Ainsi, en juin 2010, les élus avaient décrété un emprunt de 471 500 $ pour divers travaux de construction et de réfection d'infrastructures municipales. Étant donné que certains chantiers n'ont pas été réalisés, le montant réservé est diminué à 216 500 $. Le règlement touche principalement des bouclages d'aqueduc dans le secteur Saint-Georges.

Un autre projet de développement domiciliaire prometteur annoncé au printemps 2011 est touché. À ce moment, François Veillette, de Construction Mont Saint-Adèle, prévoyait un investissement d'au moins cinq millions de dollars sur la rue Cascade. Le conseil municipal avait alors adopté un règlement d'emprunt de 768 000 $ pour le prolongement des services.

Le promoteur voulait construire deux immeubles de six logements chacun, de même qu'une vingtaine de maisons. Construction Mont Saint-Adèle a toutefois rencontré des ennuis légaux par la suite, de sorte que les plans initiaux ne se sont jamais matérialisés. Un autre promoteur a réalisé un projet plus modeste, de sorte que l'emprunt nécessaire pour les services publics est passé de 768 000 $ à 113 500 $.

La Ville a également revu l'emprunt de 995 000 $ adopté en 2012 pour l'aménagement de stationnements au centre-ville. Or, comme les projets initiaux n'ont pas tous été rencontrés, le montant est ramené à 292 300 $. 

La principale différence porte sur la décision de ne pas aménager de stationnement public en face de l'édifice Sun Life sur l'avenue de la Station. La Ville a néanmoins dû payer tout près de 20 000 $ en frais d'annulation de contrat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer