La chasse aux moustiques est ouverte

Les signes qui annoncent la belle saison continuent de se manifester. En effet,... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Les signes qui annoncent la belle saison continuent de se manifester. En effet, le traitement contre les insectes piqueurs débutera dans les prochains jours à Trois-Rivières, à La Tuque et reprendra après une courte pause d'un an à Shawinigan.

La Ville de Trois-Rivières a annoncé le début des opérations d'épandage de larvicide biologique BTI, un produit inoffensif pour les humains et la faune, pour les citoyens des secteurs de Pointe-du-Lac, Trois-Rivières-Ouest, Trois-Rivières (District des Forges), Sainte-Marthe et Saint-Louis-de-France.

Le mandat, confié à GDG Environnement, coûtera 1 100 000 $ à Trois-Rivières. Une taxe spéciale de 37 $ par porte est appliquée pour les citoyens résidants dans les zones de protection.

Il en coûtera 815 000 $ à la Ville de Shawinigan, qui avait été très critiquée après avoir éliminé cette dépense l'an dernier. Le maire Michel Angers avait d'ailleurs reçu une montagne de plaintes à cet effet.

À La Tuque, où l'on utilise le programme depuis plus de 20 ans, la facture s'élèvera à 196 000 $. «C'est une taxe pour les insectes piqueurs. S'ils arrêtent de faire le traitement, la taxe doit être retirée. Ce n'est pas un montant fixe à La Tuque, c'est en fonction de l'évaluation», explique Hélène Langlais directrice des communications de la Ville de La Tuque.

Les opérations de GDG Environnement débutent par la prospection larvaire puis, dès que les conditions le permettront, un premier traitement sera effectué.

Par la suite, les techniciens de GDG Environnement parcourront le territoire tout l'été pour effectuer les traitements nécessaires et procéder au contrôle de la qualité.

Les citoyens pourront facilement reconnaître les techniciens puisqu'ils seront clairement identifiés. «Les gens sont habitués ici, c'est un automatisme. Il y a deux propriétaires, dans le temps, qui avaient refusé que les techniciens passent sur leur terrain et l'entreprise respecte ça», a mentionné Mme Langlais.

La Ville de Shawinigan a, pour sa part, invité la population à collaborer avec les travailleurs de GDG Environnement et à leur permettre de circuler sur les terrains privés, les terres agricoles ou forestières lors des traitements.

Les opérations se poursuivront jusqu'à la fin de la saison estivale. Les traitements se feront par voies terrestre et aérienne. Les épandages au sol sont sous forme liquide tandis que les épandages aériens se font avec du BTI mis sous forme de petite granule.

Des relevés de nuisance seront effectués tout au long de l'été afin de bien mesurer l'efficacité du processus. À Shawinigan notamment, les résultats escomptés par ces opérations sont une diminution de l'ordre de 80 % ou plus de la nuisance.

De plus, on conseille à tous les citoyens d'être vigilants afin de diminuer le nombre de sites potentiels d'éclosion. Les larves des insectes piqueurs se développent généralement dans une eau stagnante.

Pour réduire la présence de ces sites, de petits gestes simples peuvent être faits. Par exemple, le citoyen peut s'assurer que les drains sont en bonne condition et que l'évacuation de l'eau se fait bien. Il est recommandé de retourner son bateau ou sa chaloupe et de ranger ou vider les contenants pouvant retenir l'eau (pneus, brouettes, seaux, etc.).

On conseille également de préparer la piscine tôt puisqu'une piscine non démarrée peut générer des moustiques dès la troisième semaine de mai.

Les experts suggèrent aussi de mettre en fonction les jardins d'eau, de les vider ou de les ensemencer de poissons.

«Tous ces gîtes potentiels sont capables de produire plusieurs centaines de moustiques chaque sept ou huit jours. Ce sont donc de petits gestes qui peuvent vous éviter bien des piqûres», souligne la Ville de Shawinigan.

Où se renseigner?

Pour signaler la présence de gîtes problématiques sur votre terrain, pour avoir plus d'information ou pour toute requête, une ligne info-moustique est disponible : 1 844-840-8700. Vous pouvez également communiquer par courriel à infomoustique@gdg.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer