Courses de chevaux: une industrie qui cherche à grandir

Le maire Yves Lévesque, Vincent Trudel, directeur général... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire Yves Lévesque, Vincent Trudel, directeur général du Club Jockey et François Carignan, directeur des opérations de l'hippodrome, étaient très heureux d'annoncer la programmation 2016 des courses à l'hippodrome.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La saison des courses de chevaux est sur le point d'être lancée à l'hippodrome de Trois-Rivières, avec un été encore une fois bien rempli pour le Club Jockey du Québec.

Dès le 1er mai prochain, la saison de courses prendra son envol, alors que le Club Jockey poursuit ses actions pour faire entendre ses demandes de partenariat et d'aide financière auprès du gouvernement provincial.

C'est que le Club Jockey, dans son plan d'affaires pour continuer de faire grandir l'industrie des courses de chevaux au Québec, espère toujours pouvoir présenter son plan d'affaires à Québec afin d'obtenir la collaboration du gouvernement ou encore de Loto-Québec, comme il se fait un peu partout en Amérique du Nord.

Si son plan d'affaires venait à se réaliser, ce sont plus de 3000 emplois directs et indirects qui pourraient être créés dans la province, fait savoir Vincent Trudel, directeur général du Club Jockey du Québec. 

«C'est une industrie créatrice d'emplois. Mais ça nous prend une structure financière avec de nouvelles sources de revenus. À peu près partout ailleurs en Amérique du nord, c'est une industrie qui fait partie intégrante de l'industrie du jeu.

C'est une option qui devrait être envisagée sérieusement par le gouvernement et qui permettrait à Loto-Québec d'accéder à de nouvelles sources de revenus. Le Québec aurait tout à y gagner», croit M. Trudel.

Le total des paris enregistrés à Trois-Rivières lors de la dernière saison s'élevait à 2,8 M$, dont environ 2,5 M$ ont été remis en bourses aux hommes de chevaux. Au total des paris qui s'effectuent à travers le monde, le Club Jockey estime à environ 80 M$ les montants qui sont pariés.

Pour que l'industrie puisse bien vivre, le Club Jockey aimerait voir passer le nombre de bourses remises à 10 M$ ou 12 M$, un objectif difficile à atteindre sans un partenariat avec le gouvernement ou Loto-Québec, croit Vincent Trudel.

C'est d'ailleurs pour mieux faire connaître et positionner les courses à Trois-Rivières partout dans le monde que le Club Jockey tiendra un événement spécial le 5 juin prochain, avec la tenue de la première édition de la Classique printanière des conducteurs. Vincent Trudel a comparé cet événement au match des étoiles de la LNH dans le monde des courses de chevaux.

À cette occasion, quatre des meilleurs conducteurs des États-Unis croiseront le fer avec deux conducteurs de l'élite ontarienne et deux maîtres du sulky du Québec.

Le Grand prix d'été sera aussi de retour le 21 août, avec les meilleurs coursiers en Amérique du Nord. À cette occasion, près de 200 000 $ en bourses seront remis. L'an dernier, l'événement avait attiré plus de 5000 personnes à l'hippodrome. La Coupe de l'avenir et la Coupe des éleveurs se tiendront également le 4 septembre prochain.

Par ailleurs, pas moins de 40 programmes de courses sont prévus cette saison, dont 27 programmes le dimanche après-midi à compter du 1er mai dès 13 h 30. Treize autres programmes sont aussi à l'horaire le mardi soir dès 19 h à compter du 24 mai et ce, jusqu'au 30 août. 

Les courses feront évidemment relâche du 1er au 15 août pour la tenue du Grand Prix de Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer