Karla Homolka installée à Châteauguay

Karla Homolka... (PHOTO ARVCHIVES GLOBAL TELEVISION)

Agrandir

Karla Homolka

PHOTO ARVCHIVES GLOBAL TELEVISION

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
La Presse Canadienne

La nouvelle voulant que Karla Homolka, jadis condamnée en lien avec deux meurtres, se soit installée à Châteauguay a semé l'émoi dans la ville située sur la Rive-Sud de Montréal, mardi.

Deux chaînes de télévision, City News et Global, ont rapporté que Karla Homolka vivait dans ce secteur et que certains de ses enfants fréquentaient une école locale.

Ni la commission scolaire ni le service de police de la Ville de Châteauguay n'ont confirmé la présence de Karla Homolka dans la ville.

La police a publié un communiqué pour dire qu'elle «ne peut pas confirmer l'identité d'une personne demeurant ou non sur son territoire», se contentant de dire qu'elle «avait pris connaissance d'un certain intérêt médiatique impliquant l'identité d'une personne demeurant» à Châteauguay.

La directrice de l'école primaire Centennial Park, Joanne Daviau, a envoyé une lettre aux parents pour les rassurer et leur dire que leurs enfants étaient en sûreté.

Mme Daviau écrit qu'elle ne peut pas en dire plus en raison des lois protégeant la vie privée. Elle a rappelé que si un parent voulait faire du bénévolat, il est sujet à une vérification de ses antécédents.

Karla Homolka était déménagée au Québec en compagnie de son mari Thierry Bordelais, avait confirmé sa soeur lors du procès du meurtrier Luka Rocco Magnotta.

Au début des 1990, Karla Homolka et son mari de l'époque, Paul Bernardo, ont été condamnés à la suite des viols et meurtres de deux élèves, Kristen French et Leslie Mahaffy.

Bernardo a été condamné à une peine d'emprisonnement à vie tandis que Karla Homolka a conclu une entente avec les procureurs en 1993. Elle est demeurée détenue pendant 12 ans après avoir été reconnue coupable d'homicide involontaire. Il fut découvert plus tard qu'elle avait joué un rôle plus actif dans les meurtres qu'elle ne l'avait laissé croire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer