«On peut être imparfait dans la vie»

Ces photos avant et après ont beaucoup fait... (Facebook)

Agrandir

Ces photos avant et après ont beaucoup fait jaser sur les réseaux sociaux.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Sa publication a eu l'effet d'une bombe sur les réseaux sociaux. Sa transformation avant et après, peu traditionnelle, a suscité de nombreuses réactions, mais ce que la blogueuse Vanessa Lamy espère d'abord et avant tout c'est que son message soit entendu. Elle veut inspirer les autres à apprendre à s'aimer.

La blogueuse Vanessa Lamy espère que son message... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La blogueuse Vanessa Lamy espère que son message soit entendu. Elle veut inspirer les autres à apprendre à s'aimer.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

«On peut être imparfait dans la vie. Il faut arrêter de se mettre de la pression sur les épaules. Tout part de nous, et c'est nous qui nous mettons cette pression-là. Quand on ne s'aime pas, on se maltraite. Il faut apprendre à bien se traiter, et à s'aimer soi-même. Il est là le bonheur», lance d'entrée de jeu Vanessa Lamy.

À la base, c'est pour parler de saine alimentation, d'entraînement et de perte de poids, que Vanessa Lamy a lancé son blogue.

«Ce n'était que ça au début. J'étais très intense, j'allais au gym à pied, j'allais courir le soir, je mettais mon cadran le matin pour aller courir. C'était stressant! Je pensais que de perdre du poids et d'arriver à me regarder dans le miroir allait faire en sorte que j'allais m'aimer», témoigne-t-elle.

Jusqu'au jour où elle a atteint «le corps parfait» qu'elle imaginait qui n'a finalement pas eu l'effet escompté dans sa vie.

«J'étais assez mince, mais je ne m'aimais pas quand même», a-t-elle constaté.

C'est en partie à ce moment que le virage s'est effectué, de la prise de conscience jusqu'au partage de son vécu.

«J'ai commencé à faire des vidéos de motivation, de la motivation dans la vie de tous les jours et je me suis reconnue à travers ce côté-là de vouloir aider les gens. J'ai continué à faire des petites vidéos et j'ai commencé l'écriture. J'écrivais toujours mes petits bobos, mes peurs, j'en parlais ouvertement parce que ça me libérait et si ça pouvait aider quelqu'un tant mieux», raconte Vanessa Lamy.

«C'est en continuant à écrire et à travailler sur moi que j'ai compris que l'amour de soi ne passait pas par le physique. C'est un long cheminement, assez difficile, sauf qu'aujourd'hui, c'est très payant pour moi personnellement, pour mon bonheur», ajoute-t-elle.

La blogueuse avoue y avoir pensé de longues heures avant de publier ces photos avant et après, où l'on voit sa prise de poids.

Depuis, la publication a enflammé les réseaux sociaux. Elle a été partagée à plus de 5300 fois et commentée par 2500 personnes. À en croire les témoignages, les photos de Vanessa auront servi de bougie d'allumage à d'autres personnes.

«Ç'a pris quelques jours à comprendre l'ampleur de ma publication. J'ai reçu toute l'énergie et tout cet amour-là que je ne suis pas habituée de recevoir. Il fallait aussi faire face à la peur du jugement. [...] J'ai touché un point sensible je crois. Les gens n'en parlent pas et ils se croient tout seuls face à ça. C'est comme si d'un coup ils réalisaient qu'ils n'étaient pas seuls.»

Le nombre d'abonnés et de lecteurs de son blogue a également explosé. La blogueuse aborde plusieurs sujets, de l'estime de soi à la sexualité. L'augmentation de ses admirateurs ne semble toutefois pas augmenter le stress pour ses prochaines publications.

«Je me suis mis un peu de pression dans les jours qui ont suivi, mais finalement, je suis revenue à moi-même. Ce que je veux, c'est aider les autres et j'ai réussi à le faire en restant moi-même. C'est ce que je vais continuer de faire», affirme Vanessa Lamy.

Son message, elle a l'occasion de le partager au quotidien dans sa vie professionnelle également. «J'aide les femmes à se sentir belles dans leur bikini. Quand les femmes viennent essayer des bikinis souvent elles ne s'aiment pas, elles sont découragées. Elles font des fixations sur leurs défauts [...] Je suis à la bonne place. J'essaie d'insister sur le positif», a conclu la jeune femme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer