Emplacement du colisée: le terrain n'est pas encore choisi

Yves Lévesque... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Lévesque

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, assure que le choix de l'emplacement du futur colisée n'est pas encore fait. L'option de l'ériger sur un terrain de l'école secondaire Chavigny appartenant à la Commission scolaire (CS) du Chemin-du-Roy et celle de le construire sur un terrain au District 55, selon une nouvelle proposition du Groupe Robin, demeurent d'actualité, soutient le maire.

«Nous allons prendre la décision d'ici la fin du mois», affirme le maire qui soutient que les deux entités sont en compétition pour que la Ville obtienne le meilleur prix.

À l'origine, la Ville souhaitait avoir le terrain de la Commission scolaire gratuitement en échange du terrain de l'ancienne église Saint-Philippe, mais la CS souhaite le vendre en fonction de l'évaluation foncière. Devant cette situation, la Ville a aussi demandé sa propre évaluation du terrain. «Nous l'avons fait évaluer et nous avions une entente de principe avec la CS. C'était en décembre», note le maire.

Il y a environ deux semaines, la Ville a reçu une première évaluation «préliminaire» de la CS qui s'élevait à 4,5 millions $. «Selon nous, ça ne tient pas la route. Si ça prenait une évaluation autre que la nôtre, la CS aurait dû la faire en janvier. Ça ne prend pas trois mois faire une évaluation», soutient le maire.

L'évaluatrice de la Ville de Trois-Rivières, Sonya Auclair, a alors affirmé à la CS qu'elle désirait apporter des commentaires pour faire baisser le prix du terrain. Celle-ci a été invitée à une rencontre cette semaine, mais elle ne pouvait pas y assister car elle était à l'extérieur de la région.

«J'étais bien prête à les rencontrer, mais je leur ai dit que je ne pouvais pas cette semaine», affirme Mme Auclair en entrevue.

De son côté, le président de la CS, Claude Lessard, affirme que la CS doit faire appel à la Société québécoise des infrastructures pour peaufiner l'évaluation du terrain «pour avoir la juste valeur».

«L'évaluateur est venu de Québec vendredi pour visiter le terrain et rencontrer un représentant de la Ville. Ce dernier ne s'est jamais présenté. L'évaluateur de Québec dit avoir communiqué avec la Ville, mais n'a jamais eu de réponse», soutient M. Lessard. «Il nous manque quelques détails pour déterminer la juste valeur du terrain. J'ai parlé au maire vendredi soir et nos gens vont se parler en début de semaine.»

Entre-temps, le maire affirme que le Groupe Robin a fait une nouvelle proposition cette semaine qui consisterait à établir le colisée près de la jonction des deux autoroutes. Celle-ci sera présentée aux membres du conseil municipal lors de la rencontre privée de lundi prochain. Les deux propositions sont donc en concurrence. «C'est une proposition beaucoup mieux que l'autre et avec un nouveau prix», soutient le maire. «Le Groupe Robin a hâte que le colisée soit annoncé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer