Travaux à venir au site orphelin de Compostage Mauricie

Le maire de Saint-Luc-de-Vincennes, Jean-Claude Milot.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le maire de Saint-Luc-de-Vincennes, Jean-Claude Milot.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Saint-Luc-de-Vincennes) Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques a récemment lancé un appel d'offres pour la réalisation de nouveaux travaux sur le site orphelin de Compostage Mauricie.

La fermeture de l'entreprise date déjà de 2007 et même si les matières putrescibles ont été retirées, il y a quelques années, les travaux ne sont toujours pas terminés pour remettre le terrain en état de servir à autre chose.

«Ça traîne. Pour nous, c'est une honte», estime le maire, Jean-Claude Milot, qui n'arrive pas à avoir d'informations concernant cette nouvelle étape du dossier de la part du ministère.

Le maire attend toujours des nouvelles de sa demande de rencontre avec la direction régionale du MDDELCC.

Le Nouvelliste tente aussi depuis un mois d'en apprendre plus auprès du ministère au sujet des travaux à venir, mais sans succès.

Le Système électronique d'appels d'offres du gouvernement du Québec (SEAO) indique que les travaux consistent en un «démantèlement d'une plate-forme asphaltée et de trois bassins d'accumulation de lixiviat» (jus du compostage).

Les candidatures doivent être déposées d'ici le 28 avril et les travaux dureront moins d'un an.

La valeur estimée des travaux semble poser des inconnus puisqu'elle varie entre 604 700 $ et 4,9 millions $.

Fort heureusement, les odeurs ont cessé depuis que les matières putrescibles qui empoisonnaient la vie des citoyens ont été retirées, indique M. Milot.

Interrogé à savoir s'il serait intéressé à recevoir à nouveau des activités de compostage sur son territoire puisque la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie devra composter sous peu pour se conformer aux objectifs du Québec, le maire Milot lance un «non» catégorique et bien senti. «La guerre pognerait», assure-t-il, si l'on voulait imposer ce genre d'activité à nouveau dans sa municipalité.

Le maire Milot déplore l'attitude de lenteur extrême du ministère de l'Environnement pour nettoyer une fois pour toutes le terrain contaminé de Compostage Mauricie et clore le dossier.

«Ça devrait se faire plus vite, mais c'est ce même ministère-là qui va tomber dans la face du gars qui fait un escalier pour aller à son lac», déplore-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer