L'oeuvre Loess installée à l'Amphithéâtre Cogeco

L'oeuvre Loess de Ludovic Boney a été installée... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'oeuvre Loess de Ludovic Boney a été installée près de l'Amphithéâtre Cogeco mardi.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'oeuvre magistrale de l'artiste Ludovic Boney occupe désormais l'endroit pour lequel elle a été créée. Nommée Loess, cette oeuvre d'environ 16 mètres de haut a été installée mardi devant l'Amphithéâtre Cogeco.

«Ce que je cherche à faire avec l'art public, c'est de créer un moment d'arrêt pour les gens pour que lorsqu'ils passent à côté, il se passe de quoi dans leur tête», souligne en entrevue l'artiste à l'origine de cette création.

«Vu la grandeur et le débalancement, quand on est à côté c'est impressionnant. J'ai voulu créer un effet de gigantisme, car l'Amphithéâtre est majestueux.»

Près de 190 000 $ ont été investis, en fonction de la règle du «1 %», pour la réalisation de cette oeuvre qui ne passe pas inaperçue devant l'Amphithéâtre Cogeco.

La grandeur du site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, l'aspect magistral de l'Amphithéâtre de même que les vents provenant du fleuve et balayant le site ont inspiré l'artiste dans la conception de l'oeuvre. Légèrement courbé, le montage artistique rappelle également une corne de brume ou les voiles d'un voilier, note Ludovic Boney.

«Ça ne représente rien, c'est quelque chose en soi, comme dirait Jean-Pierre Morin [artiste en art visuel]», précise-t-il. «Oui ça évoque le passé industriel du site, mais aussi l'écoute car on présente des spectacles à cet endroit.»

Par ailleurs, des loess sont des dépôts sédimentaires détritiques d'origine éolienne. Ces formations géologiques, sporadiques au Québec, créées par le vent sont des colonnes naturelles plus ou moins grandes qui se démarquent dans le paysage.

«L'oeuvre évoque aussi Trois-Rivières et le Saint-Maurice. C'est petit à un bout puis ça grandit, comme la rivière», note Ludovic Boney.

Fabriquée en aluminium comme les colonnes de l'Amphithéâtre, l'oeuvre de Boney devrait donc traverser le temps et les intempéries. De plus, celle-ci est composée de 594 anneaux. Déposée au sol, elle semble d'une grande légèreté et donne même l'impression de flotter. «Ce sont des cerceaux installés d'une manière assez précise puis soudés l'un à l'autre», précise son créateur.

C'est avec une fierté avouée que Ludovic Boney voit son oeuvre installée devant l'Amphithéâtre Cogeco. «C'est super», lance-t-il en riant tout en précisant que l'oeuvre a nécessité un an de travail «à quatre ou cinq personnes». «On travaille tellement fort sur une oeuvre. L'installation est un aboutissement.»

La sélection de cette oeuvre a été faite par un comité formé en fonction de la réglementation du 1 % et était composé notamment d'un représentant du propriétaire, soit la Ville de Trois-Rivières, et de l'architecte de l'Amphithéâtre, Paul Laurendeau. Selon la Politique d'intégration des arts à l'architecture et à l'environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics, la Ville devait allouer environ 1 % du budget de l'Amphithéâtre à des oeuvres d'art. L'oeuvre doit s'harmoniser à l'architecture du bâtiment. Cette mesure vise à favoriser la diversité d'expression des artistes québécois.

La directrice des arts visuels à la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, Marie-Andrée Levasseur, représentait justement la Ville de Trois-Rivières sur le comité de sélection. Elle explique que ce processus de sélection est entièrement balisé par Québec et que le comité recherchait une oeuvre qui pouvait bien se marier avec l'aspect monumental de l'Amphithéâtre.

«Ce qu'on trouvait intéressant, c'est que la sculpture se démarquait, mais qu'elle n'effaçait pas l'Amphithéâtre et vice versa. Si l'oeuvre avait été droite, elle se serait vraiment confondue avec le bâtiment», souligne Marie-Andrée Levasseur. «Nous ne voulions pas, de plus, une oeuvre dans le bâtiment. Il a déjà en lui-même toute sa prestance.»

L'artiste Ludovic Boney a déjà réalisé plusieurs oeuvres d'art public installées devant des bâtiments québécois, dont l'oeuvre Clef de Voûte du Centre Gervais Auto de Shawinigan. Le portfolio de l'artiste de Lévis est plutôt étoffé. Il est le concepteur de nombreuses oeuvres installées devant des bâtiments publics.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer