MRC de Maskinongé: un bond de 62 % pour le transport collectif

Greg Filion et Annik Carle sont respectivement le...

Agrandir

Greg Filion et Annik Carle sont respectivement le président du conseil et la coordonnatrice par intérim de la Corporation des transports collectifs de la MRC de Maskinongé.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) La Corporation des transports collectifs de la MRC de Maskinongé s'attendait à vivre une année 2015 avec plus de 20 000 transports et le bilan des activités de la dernière année démontre que les objectifs ont été largement atteints.

Avec la progression notée en 2014, la direction de la corporation prévoyait atteindre ce niveau historique. Un an plus tard, le bilan de 2015 fait état de 21 765 déplacements, une hausse de 61,7 % par rapport aux données de 2014.

Selon Annik Carle, les efforts consacrés au fil du temps pour faire connaître le service donnent de plus en plus de résultats.

«On a toujours des projets, comme la stratégie de mobilité durable des aînés, qui a apporté de l'eau au moulin. Il y a beaucoup d'étudiants qui prennent le transport collectif pour poursuivre leurs études au cégep, à l'université et aux cours aux adultes. Et le nord du territoire est plus développé. On a plus de déplacements à partir de Charette, de Saint-Boniface», commente la coordonnatrice par intérim de la corporation.

Avec 32 % des déplacements, la formation demeure la première raison pour laquelle les gens demandent du transport. Les raisons médicales (20 %) arrivent au deuxième rang, suivies du travail (14 %). «Les étudiants sont des clients fidélisés, souligne Mme Carle. Ils utilisent le service tous les jours, ce qui augmente nos déplacements. L'accès à la formation est en lien avec les objectifs du transport collectif, tout comme pour l'accès au travail et l'importance de briser l'isolement.»

Les gens âgés de 19 à 40 ans demeurent la tranche d'âge représentant la plus grande part de la clientèle (37 %) de la corporation. Ce résultat est supérieur à celui de 2014 (31 %). Les gens de 65 ans et plus comptent pour 28 % des utilisateurs en 2015. Cette statistique était de 30 % en 2014.

L'augmentation remarquable du nombre de transports aura des effets sur l'appui financier provenant du ministère des Transports du Québec. Lorsqu'une corporation dépasse les 10 000 transports, elle reçoit 125 000 $ en financement gouvernemental. Ce financement grimpe à 200 000 $ lorsque le nombre de transports est supérieur à 20 000 par année.

Cette majoration du financement du gouvernement du Québec sera très utile au développement de projets, mais cela ne change rien au financement fourni par le milieu, soit 35 000 $ de la MRC de Maskinongé et 65 000 $ provenant des revenus de droits de passage.

Navette vers Trois-Rivières

Le service de navette entre le secteur de Louiseville et Trois-Rivières, mis en place au printemps de 2015, a attiré près de 1000 utilisateurs durant sa première année. Ce service a été lancé pour pallier la baisse du nombre de bus d'Orléans Express qui circulent dans le coin de Louiseville. La corporation a bénéficié d'une subvention allant jusqu'à 125 000 $ de la part du ministère des Transports du Québec afin de réaliser ce projet-pilote.

Ce projet vient de se terminer, mais le conseil d'administration a décidé de prolonger le service jusqu'en juin afin de permettre aux étudiants de terminer leur année scolaire sans se casser la tête pour leur transport.

«Nous avons l'objectif d'offrir ce service de façon permanente. C'est toujours une question de financement, mais nous sommes en pourparlers avec le MTQ», commente Mme Carle, en ajoutant que la corporation attend du financement pour reconduire son projet de bus Mobil'été qui a été populaire l'été dernier à Louiseville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer