Canular à la CS de la Riveraine: un suivi sera fait la semaine prochaine

La Commission scolaire de la Riveraine a été... (Facebook)

Agrandir

La Commission scolaire de la Riveraine a été victime d'un canular jeudi matin. Elle a rapidement tout mis en oeuvre pour contrer la confusion, notamment en publiant ce message sur sa page Facebook.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Nicolet) La direction de la Commission scolaire de la Riveraine entend faire un suivi dès la semaine prochaine de sa plainte déposée à la Sûreté du Québec concernant le canular dont elle a été victime jeudi.

Différents médias ont reçu très tôt jeudi matin un faux communiqué indiquant la fermeture des écoles en raison des mauvaises conditions climatiques. Selon les informations recueillies par la direction de la commission scolaire, deux personnes auraient utilisé un lien sur Internet pour acheminer le message aux médias.

«Cette page aurait dû être un document administratif interne. On ne savait pas qu'elle était encore sur notre serveur. C'est une page encodée qu'on n'utilisait plus depuis trois ans, mais Google l'a répertoriée dernièrement. On s'est mis à taper ''commission scolaire'' et ''tempête'' et on a tombé sur cette vieille page. On n'avait qu'à l'envoyer et ça se rendait dans les médias, car les destinataires étaient encodés», explique Johane Croteau, porte-parole de la Commission scolaire de la Riveraine.

Le service informatique de la commission scolaire a retracé les deux adresses IP d'où provenait cet envoi. La commission scolaire sait que les deux adresses sont reliées à deux municipalités du Centre-du-Québec, mais ne peut identifier leur propriétaire.

«On a donné l'information à la Sûreté du Québec, car on a demandé s'il y a moyen de retracer qui est à l'origine de tout ça.»

La Commission scolaire de la Riveraine estime que la nature du canular justifie amplement le dépôt d'une plainte à la police, ce qui a été fait jeudi après-midi.

«Est-ce que la SQ va juger que le geste est suffisamment grave pour investiguer? Selon nous, la réponse est oui. Ces gens ont fait un geste en utilisant notre nom et cela aurait pu avoir des conséquences graves. Ça a dérangé beaucoup au niveau des parents.»

D'après Mme Croteau, la commission scolaire a vérifié ses serveurs pour s'assurer que les documents internes soient sécurisés. Il n'y a pas eu de problème à ce sujet, car les personnes à l'origine du canular ne sont pas entrées dans le système informatique de l'organisation.

La commission scolaire va aussi établir une nouvelle procédure pour annoncer la fermeture de ses écoles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer