• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > L'Association des auxiliaires familiales et sociales attend 500 manifestants à Trois-Rivières 

L'Association des auxiliaires familiales et sociales attend 500 manifestants à Trois-Rivières

Pascal Bastarache est le représentant régional de l'Association...

Agrandir

Pascal Bastarache est le représentant régional de l'Association des auxiliaires familiales et sociales du Québec.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La manifestation que tiendra dimanche l'Association des auxiliaires familiales et sociales du Québec va servir non seulement à mieux faire connaître cette fonction, mais aussi à rappeler au gouvernement du Québec l'importance de leur apport au système de santé.

Comme la plupart des intervenants dans le système public, les auxiliaires familiales et sociales affichent une certaine préoccupation quant aux orientations prises par le gouvernement Couillard depuis les derniers mois.

«On a vu le mois dernier le ministre (Gaétan) Barrette dire qu'il veut axer davantage sur les soins à domicile, mais sans augmenter les budgets. En Mauricie et au Centre-du-Québec, il y a des coupes de 34 millions de dollars (pour la santé). Des postes sont coupés à l'urgence de Louiseville. On craint que ça s'en vienne pour les auxiliaires familiales», déclare Pascal Bastarache, représentant régional de l'Association des auxiliaires familiales et sociales du Québec

Quelque 6000 personnes occupent cette fonction au Québec, dont 125 à Trois-Rivières et une cinquantaine dans le secteur de Shawinigan. Les aînés, les handicapés, les gens avec des troubles de santé mentale, les déficients intellectuels et les gens en réadaptation post-opératoire font partie de la clientèle desservie par ces travailleurs. Via une loi qui permet aux auxiliaires de prodiguer davantage que des soins d'hygiène, M. Bastarache estime que cette fonction doit être mieux connue et préservée.

«Notre travail est d'offrir des soins à domicile. Avec la loi 90, on peut faire prendre les médicaments aux gens, donner des gouttes dans les yeux, prendre la glycémie, faire des pansements. On continue de donner des bains, mais on fait de plus en plus de soins.

La manifestation servira à démontrer l'importance de notre type d'emploi qui demande un diplôme d'études professionnelles. On voit de plus en plus des coopératives et des entreprises privées qui prennent des contrats avec des employés qui ne sont pas formés ou qui ont reçu une formation de trois semaines. On veut faire la promotion d'un personnel qualifié.»

Rappelant que ce type d'emploi existe depuis de nombreuses années, l'association souhaite sensibiliser la population et le gouvernement sur la nécessité de maintenir cette fonction à long terme.

«On connaît tous des gens qui reçoivent nos soins, souligne M. Bastarache. Cette cause touche toute la population.»

Quelque 500 personnes provenant de plusieurs régions du Québec sont attendues dimanche à Trois-Rivières. Le départ de la manifestation sera donné à 11 h, au parc de l'Exposition. Les marcheurs prendront la direction du centre-ville pour se rassembler au parc Champlain où des discours seront prononcés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer