Maisons: les prix stagnent à Trois-Rivières

Selon l'Étude sur le prix des maisons de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Selon l'Étude sur le prix des maisons de Royal LePage publiée jeudi, les prix des propriétés de la région de Trois-Rivières sont demeurés stables lors du premier trimestre, avec une modeste hausse de 0,8 pour cent.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Selon l'Étude sur le prix des maisons de Royal LePage publiée jeudi, les prix des propriétés de la région de Trois-Rivières sont demeurés stables lors du premier trimestre, avec une modeste hausse de 0,8 pour cent, se chiffrant à 176 226 $, en moyenne, pour l'ensemble des différents types de propriétés.

Ainsi, le prix médian des maisons de plain-pied a diminué de 0,6 pour cent d'une année sur l'autre, atteignant 166 222 $, tandis que les maisons à deux étages ont enregistré une diminution de 0,3 pour cent, passant à 188 484 $. En comparaison, à Sherbrooke, on a plutôt relevé des hausses respectives de 2,2 et 8,8 pour cent, pour des prix correspondants de 215 712 $ et 295 205 $.

«Ça s'explique toujours par l'emploi. On ressent encore les effets de la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2. Et les pelletées de terre n'arrivent pas vite pour les nombreuses affaires annoncées à droite et à gauche. L'arrivée d'un paquet de maisons sur le marché a fait une pression à la baisse sur les prix. Et on est toujours pogné avec la pyrrhotite», a confié au Nouvelliste Martin Leblanc, dirigeant-propriétaire, de Royal LePage Mauricie.

Par ailleurs, les ventes de maisons de plain-pied ont connu une baisse de 5,1 pour cent, au dernier trimestre, tandis que celles des maisons à deux étages ont enregistré une baisse significative de 13,1 pour cent. Par contre, l'offre excédentaire de 2015 se résorbe graduellement, malgré une baisse modérée des ventes de 1,8 pour cent des ventes par rapport à l'année précédente.

«Le marché immobilier de Trois-Rivières dépend beaucoup des investissements dans le secteur de la fabrication, notamment, et lorsque les emplois sont au rendez-vous, les acheteurs y sont aussi. Nous sommes optimistes envers les multiples projets présentement sur la table dont la région a besoin pour assurer sa croissance économique et démographique», martèle M. Leblanc.

«La région a accusé un recul des mises en chantiers en février, comparativement au mois de janvier 2016, ce qui pourrait favoriser le marché de la revente, considérant un inventaire relativement élevé à Trois-Rivières. Cette baisse pourrait presser davantage les acheteurs et permettre un retour à l'équilibre», croit-il.

Chez Royal LePage, on cite le Conference Board pour qui Trois-Rivières pourrait connaître sa plus importante croissance économique depuis 2008. En effet, des investissements dans les secteurs de la construction et de la fabrication ont été annoncés, notamment l'agrandissement de l'usine Marmen de Trois-Rivières, l'expansion de Hardy Filtration, spécialisée dans la fabrication de purificateurs d'air et d'eau, et la commercialisation de nouveaux produits pour Biotechnologies Ulysse, entreprise spécialisée dans l'usinage en contrôle numérique.

«Les investissements prévus cette année, doublés de la faiblesse du dollar canadien, devraient stimuler les activités économiques trifluviennes et stimuler davantage l'emploi en 2016, à la faveur du secteur immobilier», prévoit M. Leblanc.

L'Étude sur le prix des maisons de Royal LePage présente des renseignements sur les trois types d'habitation les plus courants au Canada, dans les 53 plus grands marchés immobiliers au pays.

La Synthèse nationale des prix des maisons de Royal LePage a montré que le prix d'une maison au Canada a augmenté de 7,9 pour cent sur 12 mois pour atteindre 512 621 $ au premier trimestre de 2016. Le prix d'une maison à deux étages a augmenté de 9,2 pour cent d'une année à l'autre pour atteindre 629 177 $ et le prix d'une maison de plain-pied a connu une hausse de 6,8 pour cent pour se chiffrer à 426 216 $. Pendant la même période, le prix d'un appartement en copropriété augmentait de 4 pour cent pour atteindre 344 491 $.

«Le climat est en train de changer au Québec dans un contexte de stabilité politique retrouvée et de promesses économiques. Cette année, nous nous attendons à ce que le niveau de confiance des entreprises et des consommateurs s'améliore dans la province, ce qui engendrera une demande plus forte pour des achats plus importants, comme celui d'une maison. Les acheteurs sont en bonne position pour acheter, alors que des maisons de grande qualité et beaucoup plus abordables sont offertes sur le marché lorsqu'on les compare à d'autres grands centres, comme Vancouver et Toronto», conclut Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage.

Partager

À lire aussi

  • Le prix des maisons monte de 5,3 %

    Sherbrooke

    Le prix des maisons monte de 5,3 %

    Les prix des propriétés de la région de Sherbrooke ont augmenté de 5,3 pour cent lors du premier trimestre, se chiffrant à 246 770 $ pour l'agrégat... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer