Les producteurs laitiers maintiennent la pression

Des producteurs laitiers ont remis des meules de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Des producteurs laitiers ont remis des meules de fromage canadien à Ruth Ellen Brosseau pour qu'elle les apporte au ministre de l'Agriculture, Lawrence MacAuley, question de lui montrer que le fromage d'ici est de qualité et que les producteurs n'ont pas besoin de concentrés de protéines de lait pour en fabriquer.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Les producteurs laitiers de la région incitent Ruth Ellen Brosseau à continuer de talonner le gouvernement fédéral pour qu'il limite l'importation d'ingrédients laitiers qui leur cause un réel problème financier depuis plusieurs mois.

De nombreux producteurs laitiers ont profité de la... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 3.0

Agrandir

De nombreux producteurs laitiers ont profité de la présence de Justin Trudeau en Mauricie pour lui rendre visite. 

François Gervais, Le Nouvelliste

Il est plutôt rare de voir des manifestants se masser devant le bureau d'un élu pour souligner non pas leur mécontentement, mais leur satisfaction face à son travail. C'est ce qu'ont fait une trentaine de producteurs laitiers, mercredi matin, devant le bureau louisevillois de la députée de Berthier-Maskinongé. 

Les producteurs demandent à la représentante néodémocrate de ne pas lâcher le morceau concernant l'importation de ces produits américains qui sont utilisés dans la fabrication de fromage au Canada. Ils désirent que le gouvernement fédéral fasse respecter ses règlements en matière d'importation d'ingrédients laitiers, une demande faite par les producteurs de lait depuis longtemps.

«Ça fait déjà quatre, cinq mois qu'il a été élu et rien n'a bougé. On ne lui demande pas de faire des miracles. On lui demande d'appliquer sa réglementation qui est en place. Le gouvernement doit mettre ses culottes», déclare Gilbert Perreault, président des producteurs laitiers de Lanaudière.

Les producteurs ont profité de la présence de Justin Trudeau en Mauricie, mercredi après-midi, afin de discuter de cette situation durant un court échange avec le premier ministre.

«C'est une préoccupation au sujet duquel nous sommes engagés depuis longtemps. Mon bureau et mes députés sont régulièrement en contact avec les producteurs laitiers pour qu'on trouve des solutions à ce problème sérieux. On en a d'ailleurs parlé quand on était aux États-Unis avec le président Obama», raconte Justin Trudeau. 

Gilbert Perreault est sorti de cette rencontre en ayant l'assurance que le premier ministre est réellement au courant de ce dossier.

«On lui a demandé de réunir les quatre ministères concernés pour travailler à une solution. Il n'a même pas à travailler à une solution. La solution, on lui a donnée, ils savent c'est quoi de mettre en application cette solution-là pour que ses normes fromagères soient respectées.»

Pertes financières

Des tarifs douaniers contrôlent l'importation de produits laitiers au pays. Des ingrédients laitiers réussissent toutefois à entrer au Canada depuis une quinzaine d'années, libres de tarifs, en utilisant une technicalité du système de contrôle pour contourner le quota d'importations. Cette situation met une pression sur le prix du lait frais.

«On vend les mêmes quantités, mais avec l'arrivée des protéines de lait, le prix a baissé à la ferme. Et ces producteurs nous compétitionnent sans avoir de normes. Chez nous, on perd 3000 $ par mois. C'est plus que mon salaire. C'est un peu choquant de voir que c'est juste politique et que le gouvernement ne s'en mêle pas. C'est juste une décision aux frontières qui fait que tout le monde ferait plus l'argent. Il n'y a personne ici qui veut être millionnaire, on veut juste vivre», constate Jean-Félix Morin, un jeune producteur laitier de Saint-Boniface.

Visiblement ravie de miser sur un tel appui de la part des producteurs de lait, Ruth Ellen Brosseau lance du même souffle qu'elle aurait préféré participer à une grande fête soulignant le règlement de ce problème.

«On a eu des pertes de 200 millions de dollars l'année passée. C'est une honte! Je ne peux pas croire que le gouvernement n'agisse pas et ne se tienne pas debout pour les producteurs de chez nous. Il ne faut pas baisser les bras. Il faut continuer à mettre de la pression sur le gouvernement libéral pour assurer un bon revenu pour les producteurs de chez nous et la relève», raconte la députée néodémocrate, critiquant au passage l'absence dans le dernier budget fédéral de compensations pour le milieu agricole à la suite de l'accord commercial entre le Canada et l'Union européenne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer