• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > Hockeyeurs de Mont-Carmel à Saint-Boniface: le test de l'assemblée publique passé avec succès 

Hockeyeurs de Mont-Carmel à Saint-Boniface: le test de l'assemblée publique passé avec succès

La séance régulière du conseil municipal de Notre-Dame-du-Mont-Carmel... (Sylvain Mayer)

Agrandir

La séance régulière du conseil municipal de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a attiré une trentaine de personnes, lundi soir, en raison du transfert des jeunes joueurs de hockey à Saint-Boniface l'an prochain.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Notre-Dame-du-Mont-Carmel) Les assemblées publiques du conseil municipal de Notre-Dame-du-Mont-Carmel se déroulent habituellement en présence de deux ou trois citoyens, mais lundi soir, il a fallu ajouter quelques chaises en raison du dossier du transfert des jeunes hockeyeurs de Shawinigan à Saint-Boniface dès 2016-2017. Malgré quelques réserves, la position des élus a rallié la majorité des parents présents.

Le maire, Luc Dostaler, a poussé un gros soupir de soulagement après l'assemblée publique. Une trentaine de parents s'étaient déplacés à cette séance ordinaire et le bruit courait que l'orientation des élus de signer une entente avec l'Association de hockey mineur de Saint-Boniface décevait beaucoup d'adultes et d'enfants.

Patiemment, mais fermement, le maire a rappelé la chronologie des négociations avec Shawinigan, en soulignant que pour le bien de sa population, il valait mieux prendre une décision immédiatement plutôt que laisser planer l'incertitude pendant encore plusieurs mois.

Rappelons que mercredi matin, la presse régionale est invitée à la signature officielle de cette entente. Le conseil municipal de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a pris cette décision afin de soustraire le volet du hockey mineur des négociations en cours avec Shawinigan sur les services supralocaux. L'image du 1700 $ par enfant estimé par la firme Raymond Chabot Grant Thornton a sonné la collectivité.

«Habituellement, quand des gens se présentent à une séance du conseil, c'est rarement pour dire que les choses sont bien faites !», fait remarquer M. Dostaler. «Je m'attendais à répondre à plusieurs questions. La grande majorité des gens étaient ici pour nous appuyer. On peut seulement être satisfait du travail que nous avons fait et être en paix avec nos décisions.»

Des parents ont quand même communiqué leur déception, notamment en raison du temps et des coûts de déplacements supplémentaires par rapport à la situation actuelle avec l'Association de hockey mineur de Shawinigan-Sud. Des inquiétudes ont été exprimées au sujet des horaires, mais sur ce point, les détails seront dévoilés mercredi.

Surtout, plusieurs personnes se demandent pourquoi Notre-Dame-du-Mont-Carmel met aussi rapidement une croix sur un partenariat qui satisfaisait tout le monde depuis plusieurs années avec l'Association de hockey mineur de Shawinigan-Sud. Selon les informations disponibles, tout indique que les mêmes conditions pouvaient être reconduites pour la saison 2016-2017. Si le dialogue de sourds se poursuivait, Notre-Dame-du-Mont-Carmel pouvait toujours revenir à la charge avec Saint-Boniface l'an prochain, suggéraient des parents.

Mais M. Dostaler considère qu'il faut saisir une opportunité qui, bien qu'imparfaite, garantit des heures de glace à des jeunes à un coût raisonnable. Dans son esprit, Shawinigan ne peut s'engager dans cette voie, même pour la prochaine saison.

Comme il se produit souvent lors de ces assemblées, l'intervention d'un citoyen a teinté la conclusion de la soirée. Quand Jean Roy a terminé son intervention, il a reçu une salve d'applaudissements.

«Le maire de Shawinigan veut que la population se vire contre leur conseil municipal», analyse-t-il. «Tout ce qu'il veut, c'est de l'argent et de la visibilité. Il n'arrive plus et il demande aux autres de gonfler ses poches. Voilà la facture, gang de clowns ! Faites attention avant de dire oui à l'appétit du maire de Shawinigan.»

D'une façon plus large, M. Dostaler craint qu'une entente semblable ouvre également la porte à Trois-Rivières qui, en constatant un succès obtenu par Shawinigan, exige que ses voisines contribuent pour la salle J.-Antonio-Thompson, le futur Colisée, le musée Boréalis et l'amphithéâtre Cogeco.

De plus, il s'attend à ce que Sainte-Anne-de-la-Pérade revienne à la charge avec une contribution aux municipalités de la MRC des Chenaux pour son aréna. Bref, les villages risquent d'être sollicités de tous les côtés au rythme où se succèdent les événements.

Après 80 minutes d'échanges sur ce sujet, les élus ont adopté à l'unanimité une résolution autorisant le maire à signer le transfert du territoire de hockey mineur de Shawinigan à Saint-Boniface.

«Je comprends que ça ne fait pas l'unanimité, mais je suis satisfait du pouls de la population», a souligné M. Dostaler en fin d'assemblée. «Je vous remercie de votre appui, c'était extrêmement important pour le conseil municipal.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer