Salon camping, chasse et pêche: les jeunes familles au rendez-vous

La clientèle pour la chasse et la pêche semble avoir subi une cure de... (Olivier Croteau)

Agrandir

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La clientèle pour la chasse et la pêche semble avoir subi une cure de rajeunissement. Les jeunes familles ont été nombreuses à se présenter au Salon Camping, Chasse et Pêche de Trois-Rivières qui se tenait au Complexe sportif Alphonse-Desjardins le week-end dernier.

«On a une belle relève. La pêche, c'est une activité familiale et les camps de pêche sont de plus en plus adaptés pour les enfants», constate Gaétan Mondou, promoteur du Salon Chasse et Pêche de Trois-Rivières.

Patrice Mongrain, propriétaire d'Écotone, remarque bien cet engouement des jeunes familles pour la pêche. «Il y a beaucoup de familles qui viennent s'équiper. C'est une activité plaisante pour tous les budgets. On peut faire un voyage de pêche très peu dispendieux», assure-t-il. «Il y a des produits sur le marché pour leur faciliter la vie et pour que les enfants puissent pêcher dès l'âge de trois ans».

«En pêchant, on n'a pas le choix de se parler. Ça peut être l'occasion de bâtir de belles relations», affirme celui qui amène son garçon à la pêche depuis son plus jeune âge.

Quant à la chasse, Gaétan Mondou fait taire ceux qui estiment que cette activité n'intéresse plus personne.

«Les gens croient qu'on est en perte de vitesse pour la chasse. C'est le contraire. Il y a un nouveau concept pour la chasse. Les personnes plus âgées avaient une façon de faire qui était peut-être un peu dépassée. On veut faire de la chasse différemment», explique M. Mondou.

«Il y a 25 ans, il y avait peut-être 70 000 chasseurs d'orignal. On est rendu à près de 170 000. Et pour la pêche, c'est la folie», ajoute-t-il.

Plusieurs ateliers et conférences étaient présentés durant les quatre jours d'activité: chasse à l'orignal, pêche au doré, conférence sur le GPS. Il y en avait pour tous les goûts. Un champ de tir au fusil à air comprimé a permis aux gens de tous les âges de tester leurs habiletés ou de s'initier au tir.

L'achalandage de samedi laisse croire que cette édition a attiré encore plus de gens que la précédente. Sans révéler de chiffres, M. Mondou assure que ce fût une très belle année. «C'est devenu une tradition. On n'attire pas seulement les amateurs de chasse et de pêche. Il y a vraiment une clientèle spécifique qui vient voir les VR. On peut aimer le camping sans aimer la chasse ou la pêche».

Nancy et Patrick en sont la preuve. Ils avaient amené leurs enfants de 10 et 12 ans au Salon. Même si aucun des deux ne pratique assidûment ces activités, c'est la curiosité et l'occasion d'en apprendre plus qui les a motivés à se déplacer.

«C'est une bonne période pour les salons. Les activités d'hiver sont terminées et l'été n'est pas encore commencé alors on découvre de nouvelles choses», remarque Patrick.

«Ça permet aussi de passer du temps en famille. Mon fils ira bientôt à la pêche alors ça le prépare», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer