• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > Angers souhaite moins de 100 signatures contre le projet d'assainissement des eaux usées 

Angers souhaite moins de 100 signatures contre le projet d'assainissement des eaux usées

Le maire de Shawinigan Michel Angers.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan Michel Angers.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Plus qu'un résultat favorable, Michel Angers cherche à obtenir un appui massif, indiscutable lors de la présentation du registre consultatif sur le projet d'assainissement des eaux usées au lac à la Tortue. En fait, le maire de Shawinigan espère que la barre des 100 signatures ne sera pas franchie par les opposants lors des deux journées prévues pour cet exercice, dimanche et lundi.

«J'espère que très, très majoritairement, les gens vont accepter le projet», commente-t-il. «C'est une opportunité unique, qui ne se représentera pas.»

«Nous avons mis beaucoup d'argent en études, en analyses, en démarches, en plus du plan directeur du lac à la Tortue. Tout ça a été mis à profit pour arriver à ce grand moment. Je demande donc à la population de répondre massivement pour s'assurer que Shawinigan aura les coudées franches. Si on a en bas de 100 signatures, je serais très heureux. Dans ce cas, la suite des choses serait une formalité.»

En fait, cet objectif n'est pas fixé par hasard. Dans l'éventualité où la Ville adoptera un règlement d'emprunt pour la réalisation de ces travaux de 40,2 millions $, un registre sera mis à la disposition de la population concernée pour contester son adoption. Dans ce cas, la Ville estime qu'il faudrait entre 100 et 150 signatures pour forcer l'organisation d'un référendum.

Pour les besoins du registre consultatif, le nombre d'unités sert de base de calcul. Avec 1008, cela signifie qu'il faudrait 505 signatures, dimanche et lundi, pour obtenir une majorité et ainsi, faire plier les genoux du conseil municipal. Si une opposition aussi importante se manifeste, le projet sera sans doute abandonné, puisque cela signifierait qu'un éventuel référendum dans le cadre du futur règlement d'emprunt risquerait fort de tourner en faveur des opposants.

Si plus de 100 personnes mais moins que la majorité requise signent le registre, il faudrait voir comment le gouvernement du Québec interpréterait ce résultat.

«Le message serait quand même positif, mais on verrait pour la suite des choses», mentionne M. Angers. «Il faut toujours fonctionner avec la majorité. Je suis très confiant.»

En fait, selon les commentaires reçus au cours des dernières semaines, le maire de Shawinigan détecte un fort mouvement en faveur du projet. Il s'attend donc à ce que les gens restent chez eux lors de ce registre consultatif.

«Je suis confiant que tout va parfaitement bien aller», résume-t-il.

Du côté d'Hérouxville également, le maire Bernard Thompson considère le projet bien en selle. La séance d'information du 23 mars servait de baromètre et sur ce plan, ceux qui souhaitent l'aménagement d'un réseau d'égout ont été rassurés.

«Les échos sont assez positifs; c'est bon signe», observe M. Thompson. «J'ai l'impression que les gens sentent qu'ils n'ont pas le choix. Ça fait tellement d'années qu'on discute de ça! Un jour ou l'autre, de toute façon, il faudra refaire les fosses septiques. Chez nous, 75 % d'entre elles ont au moins 16 ans. Aussi bien se raccorder au réseau et ne plus en entendre parler. Les gens sont aussi conscients que nous avons un lac à sauver.»

À Hérouxville, il faudrait 120 signatures pour remettre le projet en question.

Plus d'aide?

Les principales réserves émises au cours des dernières semaines touchent évidemment aux coûts du projet. En fin d'après-midi vendredi, Claude Vaugeois, président de l'Association pour la protection du lac à la Tortue, rencontrait le maire de Shawinigan pour savoir si la facture pour les fondations de la route pouvait être défrayée par l'ensemble des contribuables. 

M. Angers ne voulait pas modifier des paramètres juste avant le registre consultatif. Les gens savent à quoi s'en tenir pour le moment, mais il ne ferme pas la porte à certains aménagements au cours des prochaines semaines pour réduire un peu la facture des citoyens.

Du côté d'Hérouxville, M. Thompson semble également ouvert à une aide bonifiée pour la route. Par ailleurs, il attend une réponse du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire pour ceux qui souhaitent régler leur facture d'un seul trait, sans intérêt.

Déjà, les conseils municipaux de Shawinigan et d'Hérouxville acceptent de répartir l'asphaltage à toute leur population, ce qui représente une économie totale d'un peu plus d'un million de dollars pour les résidents qui seraient desservis par le projet.

Pas de signature par procuration

Les opposants au projet d'assainissement des eaux usées du lac à la Tortue qui se trouvent à l'extérieur de la région lors du registre consultatif, dimanche et lundi, ne peuvent s'enregistrer par procuration.

La Ville de Shawinigan s'appuie sur la Loi sur les élections et les référendums pour établir cette règle.

Il est prévu qu'un signataire au registre doive se présenter physiquement sur les lieux et établir son identité sur place.

Me Chantal Doucet, greffière adjointe à la Ville de Shawinigan, précise qu'une procuration peut toutefois être transmise si la personne n'est pas domiciliée dans le secteur visé, mais y possède un immeuble en copropriété ou y occupe un établissement d'entreprise. Toutefois, des délais s'appliquent.

La question a été soulevée cette semaine par Marcel Héon, un résident concerné par le projet qui séjourne en Floride. Il ne revient à Shawinigan que le 15 avril et il souhaitait manifester son désaccord en raison des coûts qu'il juge trop élevés.

Rappelons que pour les citoyens touchés dans le secteur Lac-à-la-Tortue, le registre consultatif sera ouvert les 3 et 4 avril, de 9 h à 19 h, à la salle Carmel-Paquin, sur la 37e Avenue.

À Hérouxville, les opposants peuvent se manifester aux mêmes dates et aux mêmes heures, cette fois à la salle municipale de l'hôtel de ville.

Les résultats seront communiqués par les deux administrations quelques minutes après la fermeture du registre, en début de soirée lundi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer