Bravours vient en aide aux ambulanciers

Éric Bujold, le directeur des opérations à la... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Éric Bujold, le directeur des opérations à la CAM, Claudia Cousin, la présidente du SEVF, et Daniel Deshaies, président de la CAM, présentent Bravours, l'ourson utilisé par les techniciens ambulanciers paramédicaux lors d'interventions auprès d'enfants.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un transport en ambulance peut s'avérer une expérience très stressante. Mais peut-être encore davantage pour les enfants qui ne comprennent souvent pas les interventions du technicien ambulancier paramédical. L'ourson nommé Bravours, né d'une initiative du Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges (SEVF) et de la Coopération des ambulanciers de la Mauricie (CAM), permet d'apaiser les tout-petits en plus de servir d'outil d'intervention.

Ces oursons qui portent des chandails bleus du SEVF emballés individuellement et à usage unique sont offerts aux enfants lors d'un transport en ambulance. «L'ourson permet d'apaiser les enfants. La clientèle pédiatrique représente de 10 à 15 % de nos interventions», souligne Éric Bujold, directeur des opérations à la CAM.

«Il s'agit aussi d'un bon outil pédagogique. On utilise l'ourson pour montrer à l'enfant ce qu'on fait. On peut lui mettre le masque à oxygène avant de l'utiliser sur l'enfant. Celui-ci comprend alors ce qu'on fait et il est moins stressé.»

L'ourson Bravours est particulièrement utilisé lorsque l'enfant n'est pas accompagné de son parent. S'il est très utile pour les tout-petits, l'ourson peut également apaiser les craintes des personnes aînées.

Le SEVF estime que son association avec la CAM était naturelle. Les deux organismes se séparent également la facture du projet. «Notre mission est aussi de redonner à la communauté. Et ça fait du bien de faire du bien aux enfants», note Claudia Cousin, la présidente du SEVF.

Pas moins de 4000 élèves de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy ont participé à un concours pour trouver le nom de l'ourson en peluche. La suggestion de Marjolaine Gaudet, une élève de 1re année de l'école Pointe-du-Lac, a retenu l'attention du jury. Celui-ci a été séduit par le nom Bravours, qui fait le lien entre bravoure et ours. La fillette a d'ailleurs reçu un prix pour sa bonne idée.

Le partenariat entre la CAM et le SEVF est d'une durée de trois ans. Même si les oursons sont distribués depuis quelques mois, ce n'est que vendredi que les deux organismes ont présenté le projet à la population. Alors que les enseignants étaient en négociation avec Québec, les organismes jugeaient alors que le moment n'était pas propice pour annoncer ce projet.

La présidente du SEVF assure d'ailleurs que le projet d'ourson est totalement détaché des activités de mobilisation syndicale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer