Tragédie aux Îles-de-la-Madeleine: les familles des victimes enfin réunies

L'épave est toujours en place, au centre d'un... (La Presse)

Agrandir

L'épave est toujours en place, au centre d'un vaste périmètre d'un km qui a été érigé par la Sûreté du Québec afin de faciliter le travail des enquêteurs.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Îles-de-la-Madeleine) Les membres des familles des cinq passagers qui ont péri lors de la tragédie aérienne survenue aux Îles-de-la-Madeleine, mardi, commencent à arriver. Après un beau-frère qui est arrivé par avion jeudi, les enfants de Jean Lapierre ainsi que de sa soeur et de ses frères sont attendus ce vendredi.

Un beau-frère de Jean Lapierre, le mari de Laure, qui est devenue la seule de la fratrie Lapierre, a enfin pu débarquer aux Îles jeudi, en fin de journée, après que l'avion dans lequel il prenait place eut connu des ennuis mécaniques avant son atterrissage à Bonaventure, en Gaspésie, où il devait faire escale. Même s'il est de nature flegmatique, il n'a pu s'empêcher de penser, à la vue de l'arrêt en plein vol de l'un des deux moteurs de l'avion, qu'il y avait un mauvais karma qui s'acharnait sur la famille. «C'est sûr qu'il y a eu de l'émotion, avoue Denis Fréchette. J'ai été touché. Je me suis dit: ''Oh, mon Dieu! Qu'est-ce que c'est ça?'' Personnellement, j'ai pensé que l'avion, c'était pas pour moi!»

Denis Fréchette avait été invité à prendre place avec ses beaux-frères et belles-soeurs à bord du funeste appareil. «Mais, c'était pas dans mes plans», indique-t-il.

Denis Fréchette, le beau-frère de Jean Lapierre, est... (La Presse) - image 2.0

Agrandir

Denis Fréchette, le beau-frère de Jean Lapierre, est l'un des premiers à être arrivé aux Îles-de-la-Madeleine. Il avait hâte de venir réconforter sa conjointe Laure, qui avait précédé ses trois frères et sa soeur qui ont trouvé la mort dans l'écrasement survenu mardi. 

La Presse

Cérémonie?

Pour l'instant, il est beaucoup trop tôt pour connaître la suite des choses. Y aura-t-il une cérémonie ou une activité commémorative? Le cas échéant, sera-t-elle organisée sur l'archipel ou à Montréal? «On doit attendre tout le monde pour régler ce qu'il y a à régler, fait savoir Denis Fréchette. Pour l'instant, il n'y a rien qui a été convenu dans la famille. C'est ce qu'on va regarder dans les prochains jours.»

L'homme ajoute qu'il ne faut pas oublier non plus les funérailles du père, Raymond Lapierre. «Ses enfants, ils s'en venaient ici justement pour faire un conseil de famille», laisse-t-il tomber. Il faudra possiblement aussi devoir ouvrir les testaments pour connaître les dernières volontés de chacun.

Jeudi, le coroner a remis les cinq corps à la famille Lapierre. Les deux autres dépouilles, soit celles du pilote Pascal Gosselin et de son copilote Fabrice Labourel, ont été envoyées à leur famille respective à Montréal.

Pour sa part, le Bureau de la sécurité des transports du Canada tiendra un point de presse vendredi matin.

Les enfants des victimes incapables de prendre l'avion

Les enfants des membres décédés de la famille Lapierre, mais aussi ceux de Laure Lapierre et de Denis Fréchette, ont préféré se rendre par voie terrestre jusqu'à Souris, à l'Île-du-Prince-Édouard, pour y prendre le traversier CTMA Vacancier à destination de Cap-aux-Meules. La fille de Jean Lapierre, Marie-Anne, qui est mère d'un bambin, se sentait incapable de se rendre aux Îles-de-la-Madeleine en avion, nous a raconté M. Fréchette. 

La famille de Jean Lapierre a transmis jeudi de touchants «mots de remerciement» aux Québécois et plus particulièrement aux Madelinots pour les nombreuses manifestations de réconfort des derniers jours.

«Il est impossible de dire toute la douleur qui afflige nos familles depuis hier (sic). Face à cette terrible épreuve, nous tenons à adresser nos sincères remerciements à tous les gens qui ont eu une pensée et des bons mots à la suite du décès de nos très chers Jean Lapierre, Nicole Beaulieu, Martine Lapierre, Marc Lapierre et Louis Lapierre. Vos messages nous donnent du courage», peut-on lire dans la note signée par les familles Lapierre, Beaulieu, Boudreau et Brillant. Elle a été envoyée aux médias par le Groupe TVA et publiée sur Facebook.

«Merci, également, aux secouristes, au personnel médical et aux résidents des Îles-de-la-Madeleine qui, par leur professionnalisme et leur humanité, ont fait preuve d'une dignité et d'une solidarité très touchantes et ont fait honneur aux Madelinots», poursuivent les auteurs.

Il est fait mention du pilote et du copilote, décédés eux aussi dans l'écrasement survenu mardi près de l'aéroport de Havre-aux-Maisons. 

«Nous sommes aussi attristés par le décès des membres de l'équipage, Pascal Gosselin et Fabrice Labourel. Nos pensées accompagnent leurs proches.»

Salut, salut, papa

Les enfants de l'ex-ministre et commentateur politique Jean Lapierre, prénommés Marie-Anne et Jean-Michel, ont ajouté quelques phrases sur leur réputé père, dont la mort prématurée a suscité un concert d'éloges.

«Sur une note toute personnelle, nous, les enfants de Jean, tenons à dire que nous avons été très émus par la vague de témoignages à l'endroit de notre père, qui fut notre roc, notre port d'attache, ainsi qu'un papa et un grand-papa exceptionnel. Vos pensées nous aideront à traverser le parcours qui nous attend. Salut, salut, papa. Nous t'aimons et ton souvenir nous habitera à jamais.»

Avec la collaboration d'Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer