Un spectacle qui changera la vie de Dany Martel

De gauche à droite: Éric Bédard, du groupe... (Sylvain Mayer)

Agrandir

De gauche à droite: Éric Bédard, du groupe rock Spandexxx, Samuel Fleurent-Beauchemin, président-fondateur et directeur général de la Fondation Le Pont vers l'autonomie, Dany Martel et Martin Rivard de Spandexxx.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Quadraplégique depuis 1984, Dany Martel ne rêve que d'une chose, depuis quelque temps, soit bénéficier d'un bras robotisé. C'est par les mouvements de son cou et de sa tête qu'il arrive à se déplacer avec son fauteuil roulant motorisé. C'est la seule liberté physique qui lui reste. Depuis plus de 30 ans, il lui est impossible de marcher ou d'utiliser ses mains. Aucun rêve au monde ne peut être plus simple que les siens: «prendre une tomate dans le comptoir et la mettre dans un panier, boire ou manger seul... me faire la barbe», énumère-t-il. Depuis qu'il sait qu'il pourrait bénéficier d'un bras robotisé, la liste de ses souhaits s'allonge chaque jour. Il se visualise plus autonome.

Depuis un an, appuyé de ses amis, Dany Martel travaille donc très fort pour obtenir ce bras robotisé qui changera sa vie. Au fil de ses recherches, il a découvert Samuel Fleurent-Beauchemin, le président de la Fondation Le Pont vers l'autonomie. La collecte de fonds qu'ils ont menée ensemble a rapporté jusqu'à présent 19 910 $. Grâce à plusieurs dons majeurs versés à la Fondation, un montant supplémentaire de 16 666 $ a été versé, jeudi, à sa cause.

Dany Martel n'est donc plus qu'à 14 000 $, maintenant, de son grand objectif de vie et c'est probablement grâce à sa passion pour la musique rock qu'il arrivera à l'atteindre.

M. Martel est en effet un fan du groupe rock Spandexxx, basé dans la région de Shawinigan, un groupe de cinq musiciens chevronnés qui a fait sa marque à plusieurs reprises au cours des dernières années.

Éric Bédard, le chanteur du groupe, et Martin Rivard, guitariste et claviériste, deux employés de l'usine Saint-Maurice de General Cable de Shawinigan, se sont exécutés avec leurs trois autres collègues de Spandexxx au Festi-Beach, à Mont-Carmel en Fête, au Rendez-vous Ô fleuve de Bécancour et au Festival de Lac-aux-Sables, pour ne citer que quelques exemples.

Ces musiciens visent un objectif très clair: «On veut 14 000 $», disent-ils. Cet argent sera remis à Dany Martel pour son bras robotisé. Le groupe entend donner un très bon spectacle avec effets spéciaux et il a réussi à récolter de son côté quelque 5000 $. «Il y a déjà 100 billets de vendus en l'espace de trois semaines», indique M. Bédard. Il en reste 300 à écouler.

Le groupe se spécialise dans le rock des années 1980 et promet de faire vibrer la foule sur des airs tirés du répertoire d'Ozzy Osbourne, de Guns and Roses, de Poison, Twisted Sisters, AC/DC et Iron Maiden, bref, les meilleurs succès du rock et du heavy metal de cette décennie.

Question de coûts de location, c'est à la salle Aubin de Sainte-Thècle, le 21 mai, que le groupe tiendra son spectacle et non à Shawinigan, comme prévu au départ. Le groupe se croise les doigts pour que les spectateurs soient au rendez-vous en grand nombre malgré la distance.

Samuel Fleurent-Beauchemin indique que le bras robotisé convoité par Dany Martel est fabriqué au Québec. Il sera installé sur le fauteuil roulant et sera contrôlé par le menton. «La Fondation fait l'achat du bras robotisé et l'on s'engage à faire de la formation, de l'entretien et les réparations à vie pour que Dany n'ait plus aucun souci», raconte le président.

Samuel Fleurent-Beauchemin est très sensible à la cause de Dany Martel. Basé à Victoriaville, le jeune homme a vu son frère composer avec la dystrophie musculaire de Duchenne et en décéder, au bout du compte.

Grâce à un héritage reçu de son père, M. Fleurent-Beauchemin est allé chercher une formation en gestion philanthropique et se consacre désormais à l'achat de bras robotisés pour les personnes qui en ont besoin partout au Québec. Un tel instrument coûte en effet 50 000 $. «J'ai voulu redonner à la communauté la chance que j'avais car il y avait une chance sur deux que je sois comme mon frère», raconte-t-il.

Depuis trois ans qu'elle existe, cette Fondation a réussi à remettre cinq bras robotisés à des personnes dans le besoin. D'ici la fin de l'été, cette quantité pourrait doubler.

Les billets pour le spectacle sont en vente chez Armature C.H. de Saint-Ubalde, au Garage Davidson de Saint-Tite, chez Esso Bacon de Sainte-Thècle, au Bar Le Contour de Lac-aux-Sables, chez Shawinigan Musique de Shawinigan, au Relais de la Station de Saint-Séverin et au Relais Les Boys de Saint-Georges.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer