Attentats: la traque se poursuit

Les autorités belges sont engagées dans une véritable... (Associated Press)

Agrandir

Les autorités belges sont engagées dans une véritable chasse à l'homme pour retracer le principal suspect toujours en vie des attaques de mardi.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Celui qui est soupçonné d'avoir confectionné les bombes utilisées à Paris pour les attaques terroristes de novembre est l'un des kamikazes qui s'est fait exploser à l'aéroport de Bruxelles, mardi.

Khalid et Ibrahim Al-Bakraoui... (AFP, Interpol) - image 1.0

Agrandir

Khalid et Ibrahim Al-Bakraoui

AFP, Interpol

L'annonce de l'implication de Najim Laachraoui est survenue mercredi, au moment où les Belges entamaient un deuil national de trois jours en hommage aux 31 victimes des attaques commises à l'aéroport et dans une station de métro de la capitale belge.

Le ministre belge des Affaires étrangères a dévoilé que les victimes étaient de 40 nationalités différentes. Les attaques ont également fait 270 blessés.

Il semble de plus en plus plausible que les attentats de Bruxelles aient été perpétrés par la même cellule du groupe armé État islamique que celle qui a frappé à Paris. Les attaques de Bruxelles ont été revendiquées mardi par le groupe djihadiste.

La police belge était aux trousses de Laachraoui depuis la semaine dernière. Elle le suspectait d'être un complice du cerveau présumé des attentats de Paris, Salah Abdeslam, qui a été arrêté à Bruxelles vendredi dernier.

Deux responsables ont affirmé à l'Associated Press que des traces d'ADN appartenant à Najim Laachraoui ont été retrouvées sur le lieu de l'explosion à l'aéroport de Bruxelles. Ces deux personnes, qui ont été mises au courant de la progression de l'enquête, ont parlé sous le couvert de l'anonymat puisqu'elles ne sont pas autorisées à divulguer des informations aux journalistes.

Un enquêteur de la police française a confirmé que Laachraoui serait l'artificier des attaques de Paris qui ont fait 130 victimes à l'automne. Son ADN a été trouvé sur toutes les vestes d'explosifs que portaient les kamikazes, de même que dans l'appartement de Bruxelles où les bombes auraient été fabriquées.

L'identité des trois kamikazes est maintenant connue. Le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw a déterminé que les deux autres terroristes sont des frères.

Ibrahim El Bakraoui, un Belge de 29 ans, a été identifié à partir d'une empreinte digitale. Il est le deuxième kamikaze de l'aéroport. Son frère Khalid, 27 ans, s'est donné la mort à la station de métro de Maelbeek. Les deux frères sont nés à Bruxelles.

Le niveau d'alerte en Belgique demeure par ailleurs à son niveau maximal, ce qui signifie qu'une nouvelle attaque peut être imminente.

Suspect recherché

Les autorités belges sont engagées dans une véritable chasse à l'homme pour retracer le principal suspect toujours en vie des attaques de mardi.

L'homme - que la police n'a pas été en mesure d'identifier jusqu'à maintenant - a été filmé par une caméra de surveillance en compagnie des deux kamikazes de l'aéroport. Il a laissé sur place une valise qui contenait la plus puissante charge explosive de toutes, avant de prendre la fuite avant la première détonation. Cette bombe a explosé plus tard, mais n'a fait aucun blessé.

Le procureur a également annoncé que la police belge avait saisi 15 kilos de triacétone-tripéroxyde (TATP), soit le même type d'explosif que celui utilisé lors des attentats de Paris, dans la maison d'où les suspects sont partis pour se rendre à l'aéroport de Bruxelles mardi.

M. Van Leeuw a expliqué que le chauffeur de taxi qui a conduit les trois hommes à l'aéroport avait mené les policiers à cette maison.

Une équipe spécialisée a trouvé les explosifs à l'intérieur, ainsi que des clous et des produits chimiques qui sont fréquemment utilisés pour fabriquer des bombes.

Les enquêteurs ont également retrouvé un ordinateur appartenant à Ibrahim El Bakraoui dans une poubelle publique du quartier de Schaerbeek. Ils y ont trouvé une note dans laquelle l'homme affirme se sentir de plus en plus en danger. Il dit craindre d'aboutir en prison.

Le procureur a ajouté qu'une personne arrêtée lors des perquisitions était toujours détenue et interrogée mercredi.

Le diffuseur public belge RTBF, qui cite des sources anonymes, rapporte que Khalid El Bakraoui avait loué un appartement qui a été perquisitionné la semaine dernière lors d'une opération qui a éventuellement mené à l'arrestation de Salah Abdeslam, qui était traqué depuis les attentats de Paris.

Un enquêteur belge a confié à l'Associated Press, sous le couvert de l'anonymat, qu'il est «plausible» qu'Abdeslam ait appartenu à la cellule responsable des attaques de Bruxelles.

Les forces de l'ordre françaises et belges ont découvert au cours des derniers jours que la cellule qui a attaqué Paris est beaucoup plus vaste qu'on ne le croyait. Les récents événements permettent de croire que le même groupe a frappé à Paris et à Bruxelles.

Les dirigeants de l'aéroport de Bruxelles ont repoussé la réouverture de l'aérogare à samedi. Les autorités souhaitent maintenir un périmètre de sécurité pour mener à bien leur enquête. Quelque 600 vols par jour sont donc annulés. Plusieurs stations de métro demeurent fermées et des gardes armés ont été déployés dans le quartier où on retrouve notamment le siège de l'Union européenne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer