Drapeaux en berne

Les drapeaux ont été mis en berne dans...

Agrandir

Les drapeaux ont été mis en berne dans plusieurs municipalités dont à Victoriaville.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Drummondville) Les attentats de Bruxelles n'ont pas laissé indifférentes les villes de la région. Que ce soit à Trois-Rivières, Shawinigan, Bécancour ou Nicolet, les drapeaux ont été mis en berne devant l'hôtel de ville.

«C'est par solidarité que nous posons ce geste et que nous devons se serrer les coudes devant l'atrocité des gestes terroristes qui sont posés. Nous ne devons pas céder à la peur car c'est exactement ce que ces extrémistes souhaitent. Toutes nos condoléances aux familles touchées et à toute la Belgique», a fait part le maire Michel Angers.

Dans le cas de Drummondville, c'est à partir de Bruxelles, où il se trouve en mission économique, que le maire Alexandre Cusson, a demandé que le drapeau de la Belgique soit mis en berne devant l'édifice municipal.

«Le terrorisme est l'expression des lâches et nous ne céderons jamais devant de tels actes de barbarie. Au nom des Drummondvilloises et des Drummondvillois, je veux témoigner de notre solidarité envers le peuple belge et réitérer notre sincère amitié avec notre ville jumelée de Braine-L'Alleud. Nos pensées vous accompagnent», a déclaré le premier magistrat.

Celui-ci se trouve en Belgique pour une mission en compagnie du directeur général de la Société de développement économique de Drummondville, Martin Dupont. Avec l'annulation de leurs rendez-vous, tous les deux étaient en sécurité et en communication régulière avec les autorités de la Délégation du Québec à Bruxelles qui leur avaient recommandé de rester à l'hôtel.

«On se dit toujours que ça arrive juste à la télévision et aux nouvelles ces choses-là. On est porté à se dire: j'aurais pu être là. Car c'est l'heure à laquelle on est arrivé 48 heures plus tôt. C'est une question de timing», a-t-il confié au Nouvelliste, en soirée mardi, heure locale de Belgique.

Celui-ci était visiblement soulagé de pouvoir sortir de l'hôtel pour aller prendre un repas. Il a d'ailleurs été témoin de ces rassemblements spontanés sur la place de la Bourse.

«Psychologiquement, c'était nécessaire de sortir de l'hôtel, de se dire au fond que le terroriste ne peut pas gagner et qu'on ne va pas rester enfermé. C'est ça qu'ils veulent. C'est une façon de dire qu'on ne pliera pas. J'imagine que quand l'avion va se poser à Dorval en fin de semaine, on va être content de dire qu'on est revenu chez nous», a-t-il raconté.

Victoriaville a également placé ses drapeaux en berne, histoire d'exprimer sa profonde consternation aux gestes de violence perpétrés à Bruxelles.

«Lorsque des attaques comme celles-ci surviennent et causent la mort de citoyennes et citoyens, nous sommes tous concernés. La semaine dernière, Martin Lessard, directeur général de la Ville de Victoriaville, et moi-même, étions en mission économique dans le cadre du Colloque Vertech à Namur, tout près de Bruxelles. Toutes nos pensées se tournent vers eux ce matin», a commenté le maire André Bellavance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer