Pluritec et Roche Groupe-Conseil ciblés par l'UPAC

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a déposé 15 chefs... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a déposé 15 chefs d'accusation concernant la firme Pluritec de Trois-Rivières et ses dirigeants.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne, Gabriel Delisle
La Presse Canadienne

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a déposé 67 chefs d'accusation pour fraude fiscale contre Roche Groupe-Conseil et Pluritec, deux firmes de génie-conseil.

Le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, a fait savoir lundi qu'une enquête de l'équipe de Revenu Québec au sein de l'UPAC a mené au dépôt de ces accusations pour de présumés cas de fraude.

La firme Pluritec de Trois-Rivières est visée ainsi que son président Jonathan Duguay et son directeur des finances Gilles Cousineau. Le Nouvelliste n'a pas réussi à joindre M. Duguay lundi.

La firme Roche Groupe-Conseil, désormais connue sous le nom de Norda Stelo, est également visée, ainsi que plusieurs de ses employés ou administrateurs, soit Mario Martel, France Michaud, Serge Dussault, Alex Brisson, Christian Bérubé et Sylvain Corneau.

«Les accusés sont passibles d'amendes minimales totalisant 195 116 $ et les individus s'exposent à des peines d'emprisonnement relativement à ces présumés cas de fraude fiscale», peut-on lire dans le communiqué de l'UPAC.

Ces individus sont accusés notamment d'avoir illégalement obtenu des crédits de taxes qu'ils n'avaient pas payées, d'avoir fait de fausses inscriptions dans les registres fiscaux et d'avoir fait de fausses déclarations en vertu de la loi sur les impôts.

Les infractions reprochées ont été faites entre 2006 et 2011.

Quinze chefs concernent la firme Pluritec et ses dirigeants. Pluritec et ses dirigeants vont d'ailleurs comparaître le 6 juin à Trois-Rivières.

Rappelons que les bureaux trifluviens de la firme Pluritec avaient également fait l'objet d'une perquisition le 24 mars 2015. Une quinzaine d'enquêteurs de l'UPAC associés à Revenu Québec étaient alors à la recherche de preuves qui pouvaient permettre de déterminer si l'entreprise, des dirigeants ou des employés avaient fabriqué de fausses factures.

Aucune arrestation n'avait alors été réalisée, mais l'UPAC affirmait alors que des accusations pénales pouvaient possiblement être portées contre l'entreprise ou certains de ses dirigeants.

Par ailleurs, la firme Pluritec a été citée à la commission Charbonneau. En mai 2014, on apprenait que des hauts dirigeants de firmes d'ingénieurs-conseils, dont les noms ont été mentionnés à la commission Charbonneau, étaient dans la ligne de mire du Directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Les quatre personnes, dont Gilles Cousineau de Pluritec, auraient facilité le versement d'importantes contributions par l'entremise d'un système de prête-noms, lequel aurait profité au Parti libéral du Québec ainsi qu'au Parti québécois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer