Le Trèfle lance une chasse au voleur sur Facebook

Le propriétaire du bar Le Trèfle a publié... (Facebook)

Agrandir

Le propriétaire du bar Le Trèfle a publié des photos des présumés voleurs sur Facebook avec un avertissement qu'une vidéo sera rendue publique si personne ne se rapporte.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le bar Le Trèfle situé au centre-ville de Trois-Rivières a utilisé une formule éprouvée pour tenter de retrouver les voleurs qui auraient dérobé une croix celtique dans l'établissement dimanche en fin d'après-midi.

Une photo des présumés voleurs a tout de suite été publiée via Facebook avec un avertissement qu'une vidéo sera rendue publique si personne ne se rapporte.

Depuis, le nombre de partages n'a cessé de grimper. Au moment de mettre sous presse, les photos des présumés voleurs avaient été partagées plus de 1000 fois.

«Les deux jeunes qui ont volé la croix celtique au Trèfle Trois-Rivières à 16 h 40 dimanche, vous avez jusqu'à jeudi midi afin de nous rapporter notre croix. Nous avons trois caméras de sécurité qui vous ont filmés. La vidéo sera diffusée par mon technicien informatique à partir de midi sur Facebook et les policiers seront contactés aussi afin de déposer notre plainte pour vol», peut-on lire sur la page Facebook de la taverne irlandaise.

Cela n'est pas sans rappeler ces trois hommes qui, en octobre dernier, avaient quitté un restaurant de Trois-Rivières sans payer et qui avaient rapidement été identifiés grâce aux images diffusées sur Facebook.

Mais le pionnier dans cette technique reste Guy Boisvert, un résident de Saint-Barnabé qui avait été victime d'un vol dans son chalet en Haute-Mauricie l'été dernier. Sa vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux lui avait permis de mettre le grappin sur les malfaiteurs.

Se faire justice soi-même est-il devenu la norme? «Ce n'est pas de se faire justice soi-même, mais c'est d'utiliser la manière la plus facile», précise Martin Veillette, un des propriétaires du Trèfle. «J'essaie de régler ça sans passer par la police. Je leur donne une chance de se rapporter». Il a été très surpris de l'intérêt des utilisateurs du réseau social pour la nouvelle.

«Je m'attendais à un certain nombre de partages, mais je suis vraiment surpris. Je ne sais pas exactement la valeur [de la croix], probablement quelques centaines de dollars. Mais ça a surtout une valeur sentimentale».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer