Développement industriel et domiciliaire: «Sainte-Eulalie a un potentiel énorme»

Le maire de Sainte-Eulalie, André DeMers, et son... (Marc Rochette)

Agrandir

Le maire de Sainte-Eulalie, André DeMers, et son directeur général, Yvon Douville, se félicitant du développement résidentiel ayant pour empreinte Desjardins, comme le rappelle le nom de la nouvelle rue.

Marc Rochette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Sainte-Eulalie) «Sainte-Eulalie a un potentiel énorme. Il suffit de le développer intelligemment».

Dans la bouche du maire André DeMers, une telle déclaration est loin de relever du cliché. Une simple tournée de la municipalité permet de constater qu'au cours des deux dernières années, le parc industriel s'est non seulement enrichi, mais plusieurs maisons se sont ajoutées.

Dans ce dernier cas, le développement domiciliaire de 17 terrains découle d'une entente avec Desjardins à la suite de la fermeture de la caisse populaire à la fin de 2013. Car au lieu de se battre contre l'inévitable, le maire DeMers a plutôt saisi l'occasion d'impliquer l'institution financière dans un projet immobilier déjà mûr via une contribution de 350 000 dollars sous forme de prêt et d'aide non remboursable.

Depuis, neuf résidences ont été construites et la nouvelle rue Desjardins permettra aux générations futures de comprendre l'historique de ce quartier. «On a transformé le négatif en positif», se plaît à raconter celui qui a dans sa mire un autre projet de 35 terrains résidentiels.

Dans le parc 2055, l'implantation de Nutracrea fait la fierté de l'administration municipale, une usine qui pourrait connaître deux autres phases. Et ce qui réjouit encore plus le maire et son directeur général, Yvon Douville, c'est la façon par laquelle cette entreprise, installée dans le sud de Montréal, a découvert cette opportunité d'expansion: l'affichage le long de l'autoroute 20. Il n'est donc pas étonnant qu'en 2016, Sainte-Eulalie ajoutera deux autres panneaux, cette fois sur le tronçon de la 955 et de la 55.

Et déjà, à l'entrée du parc industriel, on retrouve un affichage moderne alors que l'endroit est maintenant doté d'un poste à essence et d'un service de restauration, soit la Halte 20-55. «Nous avons près d'une dizaine d'entreprises actives dans le parc, pour un minimum de 50 emplois», rapporte M. Douville, tout en annonçant la venue prochaine d'une autre PME, Peinture Magnétique.

En plus d'avoir amélioré le centre des loisirs, avec l'installation de jeux d'eau, le premier magistrat a dans ses cartons un réaménagement de la route 161. Mais déjà, à court terme, le coeur du village sera embelli par le déplacement de poteaux mal situés.

À tout cela vient s'ajouter un site Internet modernisé où la nouvelle signature Ici pour... permet plusieurs déclinaisons. Et même, sur la carte d'affaires du maire, on ne retrouve plus que «Ste-Eu». «Il faut que Sainte-Eulalie sonne une cloche. Ça part d'une vision globale. Pourquoi ne pas profiter de ce qu'on a?», conclut André DeMers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer