Migration interrégionale: des gains pour la région

La Tuque présente un taux net de migration... (Audrey Tremblay)

Agrandir

La Tuque présente un taux net de migration interrégionale de -0,54 %.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) L'Institut de la statistique du Québec a publié récemment son rapport sur la migration interrégionale au Québec. Environ 190 500 personnes ont changé de région administrative de résidence entre le 1er juillet 2014 et le 1er juillet 2015, soit 2,4 % de la population québécoise. Au total, la Mauricie a fait un gain de 541 personnes et le Centre-du-Québec de 761 personnes.

En Mauricie, le taux net de migration interrégionale est d'environ 0,20 % et de 0,30 % au Centre-du-Québec.

«En raison d'une diminution des entrants, la Mauricie a vu ses gains se réduire en 2014-2015, tandis qu'elle avait plutôt connu une croissance de son solde migratoire au cours des trois années précédentes. Malgré cette baisse, le résultat de la dernière année, qui se chiffre à près de 550 personnes, demeure avantageux pour cette région qui a souvent connu des gains moindres et même des pertes par le passé», peut-on lire dans le document de l'Institut de la statistique du Québec.

C'est à La Tuque qu'on trouve le taux le plus bas de la Mauricie soit de -0,54 %. Au total, 82 personnes ont quitté la ville, 28 personnes de 0 à 14 ans, 54 personnes de 15 à 24 ans, 4 personnes de 25 à 44 ans, et 16 personnes de 65 ans et plus. Par ailleurs, 20 individus de 45 à 64 ans ont choisi La Tuque.

Des chiffres qui n'inquiètent pas du tout l'organisation municipale de La Tuque. Évidemment, les dirigeants auraient préféré être dans le positif, toutefois on regarde les statistiques de façon positive. «Le plus gros chiffre, chez les 15-24 ans, s'explique bien. La majorité de nos jeunes de 17 ans s'en vont au cégep. Ce que l'on espère, c'est qu'ils reviennent s'installer chez nous après l'obtention de leur diplôme. On travaille beaucoup à ce niveau-là», souligne Hélène Langlais, directrice des communications de la Ville de La Tuque.

«Quant aux 65 ans et plus, c'est justement pour cette raison-là qu'on travaille des projets comme la résidence des Bâtisseurs. On veut freiner ça. On est conscient qu'on a des gens qui cherchent un type d'hébergement qu'on ne retrouve pas à La Tuque. C'est pour ça qu'ils s'en vont. Avec le projet des Bâtisseurs, on pense qu'ils vont rester», a-t-elle ajouté.

Au final, les statistiques démontrent, selon la Ville, que les actions et les efforts de rétention faits par l'organisation municipale portent leurs fruits. «On travaille fort pour être dans le positif», note Mme Langlais.

La MRC de Mékinac a elle aussi connu un solde migratoire négatif (-0,45 %). Ailleurs dans la région, des hausses ont été enregistrées pour Shawinigan (0,09 %), Maskinongé (0,13 %), Trois-Rivières (0,36 %) et Des Chenaux (0,67 %).

Dans le Centre-du-Québec, Drummond se démarque avec un taux de 0,65 %, de loin le plus élevé de la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer