Des discussions pour conserver le sauvetage nautique à Louiseville

Yvon Deshaies... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Yvon Deshaies

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) La décision d'abandonner le service de sauvetage nautique à Louiseville pourrait ne plus être coulée dans le béton. Le directeur du service de sécurité incendie a rencontré les membres du comité incendie vendredi matin afin de demander le maintien du service. Reste à voir si cette démarche va amener le conseil à aller à l'encontre de la volonté d'Yvon Deshaies de tirer un trait sur ce service.

Il y a un mois, le maire Deshaies annonçait la fin du sauvetage nautique, étant donné les coûts nécessaires à faire fonctionner un service non obligatoire. Il soulignait que le conseil était unanime sur cette question. Il ajoutait que la Sûreté du Québec et la Garde côtière offrent déjà le service.

Le sujet a alimenté les discussions. L'ancien maire, Guy Richard, est sorti sur la place publique quelques jours plus tard pour dénoncer fermement la décision.

Le service de sauvetage nautique avait été bonifié en 2011 lorsque le conseil alors dirigé par M. Richard avait créé une équipe spécialisée au sein de sa brigade des pompiers. Le chef des pompiers, Marcel Lupien, estimait à l'époque que Louiseville était rendue à une étape où elle devait investir dans ce type de service en raison de la présence de deux rivières et du fleuve, ce qui entraîne la pratique d'activités récréatives comme la pêche, la motoneige, la chasse, etc.

Quatre ans et demi plus tard, Marcel Lupien demeure convaincu que Louiseville doit conserver le sauvetage nautique.

«Je veux sauver le service. On prêche pour notre paroisse. C'est un outil que j'espère sauver», déclare le chef du service de sécurité incendie de Louiseville.

M. Lupien refuse de dévoiler le contenu de la rencontre de vendredi matin avec les membres du comité de sécurité incendie. Il veut laisser les élus faire leur travail en vue de la séance de lundi.

«On a eu une bonne conversation, on a regardé ça de long en large. J'ai donné mon état d'âme. Le conseil va prendre la décision, il est là pour administrer et on va respecter sa décision. On est des exécutants.»

Le dossier du sauvetage nautique sera des discussions de la rencontre de travail de lundi en préparation de la séance du conseil qui aura lieu quelques heures plus tard. Des conseillers ont avisé le maire qu'ils veulent reparler du sujet, une demande avec laquelle Yvon Deshaies est très à l'aise même s'il ne changera pas d'idée.

«Ça coûte 5000 $ par année pour un service et on n'a pas l'obligation de le donner. Regardez ce qui se passe à Rosemère. La Ville a aboli son service de pompiers et a signé un contrat de 20 ans avec la Ville de Blainville pour avoir le service. Mais on est sept personnes dans le conseil.»

M. Deshaies précise que l'abolition du service de sauvetage nautique est à l'ordre du jour de la séance de lundi. Si les gens votent majoritairement contre l'abolition, il assure qu'il respectera la décision. Mais si le vote est égal, il n'hésitera pas à trancher. Et ce sera pour mettre fin au service.

«Pour moi, c'est terminé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer