Shawinigan: l'uniformisation du déneigement peut expliquer la différence

Les employés municipaux en ont eu plein les... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Les employés municipaux en ont eu plein les bras pour dégager les puisards au cours des dernières semaines, retardant les opérations de déneigement.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Si certains citoyens de Shawinigan ont observé une différence dans la qualité de leur déneigement cet hiver, c'est peut-être en raison de l'uniformisation des pratiques d'intervention lors d'accumulations. Le conseiller du district de la Cité et président de la commission des travaux publics, Alain Lord, estime qu'il pourrait s'agir d'une piste d'explication, en rappelant toutefois que les conditions météorologiques n'ont pas facilité le travail au cours du dernier mois.

En assemblée publique mardi soir, plusieurs citoyens ont déploré la qualité du déneigement à Shawinigan, tantôt en raison du temps pris pour les opérations, tantôt en raison de l'équipement utilisé par les sous-traitants. M. Lord admet que certaines améliorations peuvent sans doute être effectuées, mais il précise que pour la première fois cet hiver, les entrepreneurs engagés devaient se soumettre aux mêmes règles d'interventions que les employés municipaux. Les citoyens touchés ont peut-être observé une différence.

Il faut savoir que la Ville de Shawinigan accorde des contrats de déneigement pour Saint-Georges, une partie de Shawinigan-Sud (de la 126e Rue jusqu'à la limite sud du territoire), Baie-de-Shawinigan, Saint-Gérard-des-Laurentides, Lac-à-la-Tortue, le Domaine du Havre et Vallée-du-Parc.

«Traditionnellement, quand on donnait un contrat, il y avait des différences avec ce que la Ville faisait», explique M. Lord. «Cette année, nous avons uniformisé les opérations. Nous avons quatre niveaux de priorité pour le déneigement, selon les rues, et nous avons fait pareil avec les entrepreneurs. C'est le premier hiver que c'est uniforme.»

L'étroitesse des rues dans le secteur Almaville a... (Sylvain Mayer) - image 2.0

Agrandir

L'étroitesse des rues dans le secteur Almaville a été déplorée par un citoyen lors de la séance publique de mardi soir.

Sylvain Mayer

Le conseiller municipal croit qu'il allait de soi que tous les citoyens de Shawinigan bénéficient du même service, près de 15 ans après la fusion.

«Les entrepreneurs à contrat avaient des pratiques différentes et ça créait de petits problèmes», ajoute-t-il. «Nous sommes dans la même ville, alors nous avons décidé que le secteur soit à contrat ou avec la Ville, on fera pareil partout. C'est maintenant égal pour tout le monde. C'est peut-être là que les gens ont remarqué une différence.»

Ainsi, les équipes interviennent maintenant partout dès que la barre des 8 centimètres d'accumulation est atteint. Dans les secteurs à contrat, la machinerie se pointait beaucoup plus rapidement dans les dernières années.

«Auparavant, il n'y avait pas de priorité dans les secteurs», explique M. Lord. «Le contrat prévoyait donc qu'il fallait intervenir partout. Maintenant, les rues sont classifiées. De plus, avant, dès qu'il y avait deux centimètres au sol, les équipes étaient parties. C'est sûr que ça fait une petite différence.»

Mais de façon générale, le président de la commission des travaux publics croit que les caprices de Dame Nature expliquent bien davantage les difficultés rencontrées au cours des dernières semaines.

«Toute la neige est arrivée en même temps, à la fin de l'hiver», rappelle-t-il. «Nous avons eu de la gadoue avec ça, de la pluie... Ce n'était pas évident. Il fallait dégeler les puisards et quand nos employés sont là-dessus, on ne peut pas les mettre sur la neige. Le ramassage a donc tardé un peu. Mais toutes les municipalités ont eu des problèmes, cette année. Nous ne sommes pas la seule!»

Comme le maire en début de semaine, M. Lord souligne qu'un bilan sera réalisé et que des ajustements seront sans doute effectués par la suite. «C'est sûr qu'il y a de l'amélioration à apporter», convient-il. «À la prochaine réunion des travaux publics, on va regarder ce qu'on peut améliorer. On est ouvert à ça ; on veut voir ce qui est arrivé pour ne pas que ça se reproduise.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer