La lutte au moustique qui propage le virus Zika semble être inefficace

Un homme enlève de l'eau stagnante d'une barque... (AP, Leo Correa)

Agrandir

Un homme enlève de l'eau stagnante d'une barque pour ne pas favoriser l'apparition du moustique qui propage le virus Zika.

AP, Leo Correa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Les méthodes utilisées traditionnellement pour combattre le moustique qui transmet la fièvre dengue, comme l'épandage d'insecticides, n'ont eu aucun impact notable sur la propagation de la maladie, et on peut se demander quelle efficacité elles auraient pour lutter contre le virus Zika qui est propagé par le même moustique, a prévenu mercredi l'Organisation mondiale de la Santé.

La sous-directrice générale de l'OMS, la docteure Marie-Paul Kieny, a déclaré au terme d'une rencontre de trois jours consacrée au Zika qu'on «manque de preuves» pour démontrer que les méthodes classiques de lutte à la dengue ont eu un impact positif. Elle prévient ensuite que les mêmes problèmes pourraient être rencontrés dans la lutte au Zika.

Un responsable brésilien, où le Zika a apparemment infecté des milliers de personnes, a concédé que tous les efforts déployés par son pays ont apparemment été en vain. Jorge Kalil a dit qu'il est extrêmement difficile de lutter contre des milliards et des milliards de moustiques.

M. Kalil envisage maintenant une approche plus ciblée qui mettrait à contribution les villages et les individus. Il a aussi dit espérer que l'arrivée de l'hiver fera chuter les populations de moustiques.

La docteure Kieny a rappelé que l'épandage d'insecticides et d'autres méthodes utilisées depuis des décennies pour combattre les moustiques ont été impuissantes à freiner la propagation de la dengue. Elle a ensuite dit qu'on devrait continuer à utiliser ces techniques, à défaut de mieux, mais qu'il est maintenant urgent d'en évaluer l'efficacité.

La docteure Kieny a déclaré qu'on ne sait pas si des moustiques autres que le Aedes aegypti peuvent transmettre le Zika. D'autres espèces en sont infectées, mais on ne sait pas si elles peuvent transmettre la maladie aux humains.

Les experts qui ont participé à la rencontre ont discuté de méthodes novatrices pour combattre le moustique, comme le recours à des moustiques modifiés génétiquement, mais ces méthodes doivent être évaluées avec «la plus grande prudence», a-t-elle dit.

Des épidémies de Zika sont rapportées dans 41 pays. Le virus est possiblement associé à une explosion du nombre de cas de microcéphalie et de syndrome de Guillain-Barré.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer