«On a besoin de nos jeunes»

À l'avant-plan, on retrouve trois des représentants de... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

À l'avant-plan, on retrouve trois des représentants de la Commission jeunesse de Nicolet, Sarah-Maude Girard, Samuel Auger et Jeanne Brochu, avec, à l'arrière, le maire suppléant, Stéphane Biron, et le président de la Commission jeunesse, le conseiller municipal Olivier Lambert.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) «On ne veut pas nécessairement en faire des chefs d'entreprise ou des commerçants. Ils peuvent aussi entreprendre une carrière dans leur ville. On veut les intéresser à la vie municipale. On veut garder nos jeunes ici. On a besoin de nos jeunes».

Voilà comment le maire suppléant Stéphane Biron a salué l'initiative de la Commission jeunesse de Nicolet de tenir une journée d'intégration au travail, le 5 avril prochain, pour les élèves de 2e, 3e et 4e secondaire de l'École Jean-Nicolet. Le tout se déroulera sous le thème Ce que vous ferez plus tard, vivez-le aujourd'hui!

C'est son collègue conseiller, Olivier Lambert, qui préside cette Commission. «On voulait leur faire vivre une expérience. C'est difficile de choisir leur future profession et une journée d'intégration en milieu de travail, pour leur montrer les nombreuses opportunités d'emploi est rarement offert aux plus jeunes», a-t-il commenté.

Selon lui, ce projet initié par les jeunes de la Commission jeunesse, qui fut créée en 2015, se veut donc exploratoire.

«La réception des employeurs a été très bonne et je les en remercie pour leur ouverture à donner la chance à un jeune de s'impliquer dans sa communauté», a tenu à dire celui dont le commerce, le restaurant Mamma Mia, ouvrira ses portes aux jeunes explorateurs d'un jour.

Jusqu'à présent, pas moins de 16 autres employeurs ont répondu positivement à la sollicitation de la Commission jeunesse pour permettre aux jeunes de vivre la réalité du marché du travail: deux services de la Ville de Nicolet (communications et services à la communauté), La Ruche Aire-Ouverte, Jean Brassard artiste-peintre, Fleuriste Savard, Toute... à l'heure, le Centre du débosselage Nicolet (Procolor), Tessier Récréo Parc, Galoto, CPE Gripette, Tourisme Nicolet-Yamaska, Prête à reporter, Centre des arts populaires, Épicerie Lafond, BMR Nicolet et la Résidence Jeanne L'Archevêque.

Et si d'autres organisations étaient prêtes à accueillir un jeune pour l'aider à choisir un métier par observation ou expérimentation, elles peuvent le faire savoir le plus tôt possible en écrivant à communication.nicolet.ca.

Quant aux jeunes de l'École secondaire Jean-Nicolet intéressés à participer à une telle journée, ils pourront obtenir de l'information et s'inscrire le mardi, 8 mars, en se présentant au kiosque du corridor central de la polyvalente, entre midi et 13 h 30. Les membres de la Commission jeunesse seront sur place pour fournir les renseignements. 

«Nous travaillons sur ce projet depuis novembre dernier, avec des lettres aux députés et aux entreprises, et nous serions heureux d'atteindre notre objectif de 30 participants pour notre première journée d'intégration en milieu de travail.

C'est une journée où l'on ne sera pas rémunéré pour le travail que nous accomplirons», ont spécifié les représentants de la Commission jeunesse, Jeanne Brochu, Sarah-Maude Girard, Coralie Cloutier et Samuel Auger.

Finalement, M. Biron, qui remplace toujours le maire Alain Drouin pendant sa convalescence de quelques mois, s'est dit fier de l'implication de ces adolescents.

«On ne peut que les féliciter et leur souhaiter bon succès. Leur participation est importante puisqu'elle nous permet d'en apprendre sur leur vision de la communauté dans laquelle ils veulent vivre. C'est important pour eux et pour nous», a-t-il conclu, tout en se montrant reconnaissant envers les autorités de l'École secondaire Jean-Nicolet pour leur confiance et les employeurs pour leur générosité à donner de leur temps. 

«Nous serions heureux d'atteindre notre objectif de 30 participants pour notre première journée d'intégration en milieu de travail. C'est une journée où l'on ne sera pas rémunéré pour le travail que nous accomplirons.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer