La doyenne de Louiseville célébrera son 104e anniversaire

Marie-Anne Lacombe, la doyenne de Louiseville, célébrera son... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Marie-Anne Lacombe, la doyenne de Louiseville, célébrera son 104e anniversaire de naissance le 10 mars prochain.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Louiseville) Marie-Anne Lacombe a beau dire qu'elle s'apprête à célébrer le 10 mars son 104e anniversaire de naissance, il est difficile de la croire. La doyenne de Louiseville est vive d'esprit, en forme et a une beauté qui susciterait les convoitises de bien des actrices hollywoodiennes... qui ont pourtant 30 ans de moins. Son secret: prendre toujours la vie du bon côté.

«Je me sens bien. J'aime la vie encore et j'aime le monde. Il faut aimer le monde, aimer travailler et toujours s'occuper. J'aime tout le monde. Même s'ils ne sont pas toujours bien aimables, je les aime pareil», avoue la doyenne de Louiseville née en 1912 avant de laisser s'exprimer un rire sincère.

«Il faut toujours prendre la vie du bon côté. Je crois que c'est ça le secret.»

Après avoir grandi dans le village de Saint-Édouard dans une maison tout juste à côté du zoo, Marie-Anne Lacombe a partagé sa vie avec Arthur Doucet, son mari aujourd'hui décédé. Ce couple marié en 1935 aura eu six garçons et une fille. M. Doucet était notamment connu dans sa communauté de Louiseville pour son métier de barbier.

«Même si les années étaient difficiles, nous avions toujours de l'argent. Un barbier travaille toujours et il a toujours de l'argent dans ses poches», se souvient-elle. «On n'a pas connu la pauvreté.»

Sept enfants dans une maisonnée, dont six garçons, ça occupe le quotidien d'une mère de famille. Cela n'a toutefois pas empêché Marie-Anne Lacombe d'accueillir jusqu'à 12 jeunes étudiants de l'ancienne école de soudure de Louiseville. «Il y avait des gars de partout qui sont venus habiter ici, même de la France. C'était du bien bon monde. Ç'a toujours bien été», se souvient-elle. «Ce n'est pas le travail qui fait mourir.»

Malgré son âge, Marie-Anne Lacombe est en bonne santé. Son seul séjour à l'hôpital remonte à l'été dernier. Même si à ce moment les médecins ne lui donnaient plus que deux jours à vivre, elle ne sentait pas que son heure était venue.

«Je ne voulais pas mourir. Après dix jours, j'ai dit que je retournais chez nous et que mon fils pouvait s'occuper de moi», précise-t-elle.

Aujourd'hui, la famille de la doyenne de Louiseville s'est considérablement agrandie. Ses sept enfants toujours vivants, dont l'aîné s'apprête à célébrer son 80e anniversaire de naissance même s'il ne les fait pas, ont à leur tour engendré une descendance nombreuse. Marie-Anne Lacombe a maintenant douze petits-enfants ainsi que 23 arrière-petits-enfants.

«J'ai une belle famille. Il y a tout le temps de la visite. C'est ça qui me tient occupée.»

Tout ce beau monde, et même plus, participera à une grande fête organisée le 12 mars à la Porte de la Mauricie afin de célébrer comme il se doit ce 104e anniversaire.

«À mes 100 ans, on était 245 personnes», se souvient la dame.

La doyenne de Louiseville est toujours active dans sa communauté. Elle se fait un devoir, dit-elle, de participer à un souper du Club de l'âge d'or de Louiseville chaque mois.

«J'y vais moins souvent, j'y vais une fois par mois. C'est déjà beau. J'irais à toutes les semaines, mais je n'ai pas le temps. Ça me prend du temps faire de quoi. Je ne suis pas vite comme avant. Ce que je faisais en une journée, avant, me prend une semaine maintenant», avoue Mme Lacombe en ponctuant son affirmation de son rire caractéristique.

La Ville de Louiseville a déjà célébré la doyenne de sa communauté. Marie-Anne Lacombe a été invitée l'an dernier à l'hôtel de ville alors qu'elle était âgée de 103 ans afin de signer le livre d'or de Louiseville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer