Bioraffinerie à La Tuque: des ministres fédéraux attentifs

François-Philippe Champagne... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

François-Philippe Champagne

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le dossier de la bioraffinerie de La Tuque est un projet «fort intéressant pour nous. Ça correspond à nos valeurs», indique le député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, qui a pris part au cours des derniers jours au Sommet du leadership sur la durabilité en affaires Globe 2016, à Vancouver, dans le seul but de faire avancer ce projet.

Le député indique que les promoteurs du projet ont eu l'occasion de rencontrer la ministre de l'Environnement et des Changements climatiques, le ministre de l'Innovation et celui des Ressources naturelles du Canada au cours des derniers jours.

«Je pense que les investisseurs ont vu, au niveau fédéral et même provincial, avec M. Couillard après (une rencontre de 45 minutes s'est tenue à ce sujet avec lui), jusqu'à quel point on avait de l'intérêt pour un projet comme celui-là», dit-il.

Le projet «demeure complexe», fait valoir M. Champagne, parce qu'on parle d'une nouvelle technologie qui vise à utiliser quelque 650 000 tonnes de biomasse résiduelle issue des opérations forestières grâce à la construction, en 2023, d'une bioraffinerie.

Le député se dit enthousiaste face au potentiel de réduction des gaz à effet de serre et de production d'énergie renouvelable que représenterait une bioraffinerie.

M. Champagne a passé deux jours à accompagner les promoteurs de La Tuque pour faire avancer le dossier.

«Ça a permis de faire connaître à beaucoup de gens cette nouvelle technologie-là. C'est un dossier à long terme. C'est quand même une nouvelle technologie, mais ça nous a permis de sensibiliser les acteurs-clés dans ce domaine-là», dit-il.

«C'est significatif qu'on puisse rencontrer trois ministres fédéraux et le premier ministre du Québec pour faire avancer ce dossier avec les promoteurs», estime-t-il. M. Champagne «garde un bon espoir», de voir progresser le dossier.

«Il y a eu une étude de préfaisabilité. Il y a une étude de faisabilité à faire. Mais cette rencontre a été un bon catalyseur», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer