Encore de la neige... et ce n'est pas fini

Le premier jour de mars sera marqué par... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le premier jour de mars sera marqué par une bordée qui se poursuivra jusqu'au 2 mars.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Si l'hiver a commencé sur la pointe des pieds, côté précipitations, la saison prend du tonus à mesure qu'elle se rapproche du printemps.

La dernière chute de neige a forcé Alexandra... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La dernière chute de neige a forcé Alexandra Badorg à nettoyer sa voiture.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Une grosse branche de cet arbre situé tout... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Une grosse branche de cet arbre situé tout près de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Shawinigan s'est brisée.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Février s'est terminé lundi par la fin d'une bordée de neige et mars commencera exactement de la même façon: un système dépressionnaire fera son apparition dès mardi soir et devrait laisser plus d'une vingtaine de centimètres de neige sur la région d'ici mercredi en fin d'après-midi.

Entre cinq et 10 centimètres se sont accumulés sur la Basse-Mauricie, de dimanche à lundi. Le tout était entremêlé de grésil. Shawinigan a eu moins de grésil, mais un peu plus de neige: quelque 15 centimètres ont été comptabilisés à cet endroit.

Ces dernières bordées, ajoutées à celles reçues les 16 et 24 février, font en sorte que le mois va se terminer avec plus de 120 mm de précipitations, dont 55 mm ont été sous forme de pluie. Janvier avait reçu 45 mm de précipitations, dont 20,7 mm de pluie.

«En février, on a rattrapé le déficit de précipitations, on était dans les corridors des systèmes dépressionnaires. La normale pour Trois-Rivières en février est 69 mm de précipitations totales, dont 19 mm de pluie. Ça veut dire qu'en février 2016, on a reçu en pluie une quantité qui est plus du double que la normale. Juste le 24 février, il est tombé 28 mm de pluie. On bat en une journée la normale du mois», fait remarquer Marie-Ève Giguère, météorologue à Environnement Canada.

L'influence d'El Niño se fait toujours sentir en ce début du mois de mars. Ce phénomène climatique fait en sorte que les dépressions se déplacent davantage vers nos régions, comparativement à l'hiver 2014-2015 marqué par du froid mordant.

«À l'approche des tempêtes, la température est froide. Quand les tempêtes sont présentes, il y a toujours de l'air doux, ce qui explique la variation des températures cette année. Et les tempêtes ont toujours un côté doux et un côté froid. L'an passé, les tempêtes passaient par la Nouvelle-Angleterre, la côte est américaine. Nous, on était du côté froid», ajoute Mme Giguère.

Le premier jour de mars sera marqué par une bordée qui se poursuivra jusqu'au 2 mars. Le temps devrait se calmer par la suite, réservant du soleil et des températures plus froides pour les prochains jours.

Les prévisions à long terme font état d'une chute de neige, lundi. Un redoux est à prévoir dès le 10 mars.

La Garde côtière à l'oeuvre

Les opérations de déglaçage menées par la Garde côtière canadienne vont bon train. Les brise-glaces et l'aéroglisseur se sont concentrés ces derniers jours dans différents secteurs de Bécancour ainsi que sur le lac Saint-Pierre. 

Samedi, la glace qui recouvrait la batture sud du lac Saint-Pierre s'est détachée, ce qui a forcé la fermeture de la voie navigable du Saint-Laurent. Des navires ont d'ailleurs dû s'ancrer devant Trois-Rivières, le temps que deux brise-glaces de la Garde côtière se rendent sur le lac Saint-Pierre pour dégager la voie.

«En fin d'après-midi dimanche, tout était rentré dans l'ordre», explique Michel Plamondon, porte-parole de la Garde côtière canadienne. «La navigation a repris normalement dès 15 h dimanche.» 

Les efforts de la Garde côtière étaient concentrés lundi aux embouchures des affluents du lac Saint-Pierre et du fleuve Saint-Laurent. «Ces travaux visent à éviter les embâcles et les inondations», ajoute le porte-parole de la Garde côtière canadienne.

Avec la collaboration de Gabriel Delisle

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer