En récoltant 1 379 000 $, Centraide Mauricie a dépassé son objectif

Dans l'ordre habituel, on retrouve Me Jean Boulet,... (Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Dans l'ordre habituel, on retrouve Me Jean Boulet, président du conseil d'administration de Centraide Mauricie, Josée Douville, présidente de la prochaine campagne, et son prédécesseur, Denis Gélinas.

Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) En dépit d'un contexte économique défavorable, la dernière campagne de Centraide Mauricie a permis d'amasser une somme de 1 379 000 $, dépassant ainsi l'objectif qui avait été fixé à 1,3 million de dollars. Il s'agit d'une hausse de 66 000 dollars par rapport à l'année précédente.

«J'ai eu l'occasion de rencontrer plusieurs organismes, à La Tuque, Trois-Rivières et Shawinigan, et on travaille à changer des communautés», a commenté celui qui a exceptionnellement présidé le Cabinet de campagne pour deux éditions consécutives, Denis Gélinas.

D'ailleurs, le président du conseil d'administration, Me Jean Boulet, a salué son dévouement et sa détermination dans l'exercice de ses fonctions.

En plus d'évoquer l'impact social d'une économie qui tourne au ralenti, celui-ci plaide pour une saine gestion au niveau du gouvernement provincial, mais «de manière équilibrée et de façon respectueuse des besoins de ceux qui vivent dans la pauvreté et l'exclusion», tient-il à préciser.

Dans son allocution, Me Boulet a fait allusion au projet de loi privé déposé à la Chambre des communes par la députée de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau, afin de lutter contre le gaspillage alimentaire.

Avec son projet de loi C-231, la représentante néo-démocrate veut créer la Journée nationale de sensibilisation au gaspillage alimentaire et élaborer une stratégie visant à réduire ce phénomène au pays.

«Au Canada, on gaspille 31 milliards $ en nourriture et il y a 850 000 Canadiens qui font appel à des banques alimentaires chaque mois, dont 36 % sont des enfants», a-t-il rapporté tout en soulignant que l'insécurité alimentaire amène son lot de problèmes de santé, d'apprentissage, de décrochage et de marginalisation.

Le Cabinet de campagne a tenu à remercier les entreprises qui, en 2015, ont permis plus de 250 campagnes en milieux de travail, sans compter celles qui ont participé en faisant un don corporatif. Les divisions telles que les institutions financières, Hydro-Québec, les entreprises commerciales et de services et la fonction publique fédérale ont connu de belles croissances. Et on a aussi reconnu la contribution généreuse de l'ensemble des donateurs.

C'est la vice-présidente à la Banque Nationale, région Mauricie-Portneuf, Josée Douville, qui sera à la tête de la prochaine campagne.

«Nombreuses sont les épreuves qui peuvent faire basculer une vie dans le cycle de la pauvreté, de l'exclusion. Cela peut être une perte d'emploi ou encore, la maladie. On ne le choisit pas. Heureusement, il est possible de modifier la trajectoire grâce aux interventions des organismes associés à Centraide Mauricie», a-t-elle commenté.

En Mauricie, une personne sur trois a été rejointe par les services des organismes communautaires. Centraide soutient 108 organismes reconnus pour leur gestion, leurs services et la différence qu'ils font au quotidien. Ces organismes travaillent à soutenir la réussite des jeunes, assurer l'essentiel, briser l'isolement social et bâtir des milieux de vie rassembleurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer