Centre de tri de Saint-Étienne: Récupération Mauricie retourne en appel d'offres

Une partie du centre de tri de Récupération... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Une partie du centre de tri de Récupération Mauricie à Saint-Étienne-des-Grès.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Cinq mois après la mésentente qui avait éclaté entre les deux propriétaires du centre de tri Récupération Mauricie (RM) de Saint-Étienne-des-Grès, voici que le conseil d'administration de l'organisme a décidé de retourner en appel d'offres.

L'automne dernier, un imposant projet de 2,7 millions $ pour la mise à jour des équipements de tri de l'usine de RM avait été mis sur la glace alors que le conseil d'administration de RM avait pourtant choisi par résolution l'entreprise Gardex de Victoriaville au terme d'un premier appel d'offres.

Le Groupe RCM, qui détient Récupération Mauricie à 51 %, avait en effet reculé, en août, souhaitant plutôt embaucher l'entreprise Machinex. RCM plaidait que Gardex n'avait pas assez d'expérience et que sa spécialité était plutôt de faire des coffres-forts, argument que la Régie, qui détient RM à 49 %, n'endossait pas.

La Régie, rappelons-le, avait alors décidé de retarder sa décision jusqu'à la tenue des élections qui ont eu lieu chez RCM, en septembre dernier, élections fort houleuses qui furent marquées par la mise à pied du directeur général de RCM, Michel Camirand et par une histoire de jetons de présence payés aux administrateurs de RCM, Yvon Picotte et Guy Julien, par l'entreprise Soleno.

Le président de Récupération Mauricie, Claude Boulanger, indique qu'un nouvel appel d'offres pour le projet de modernisation de RM sera publié prochainement.

Le maire Boulanger indique que Gardex avait présenté une soumission de 200 000 $ inférieure à celle de Machinex et que normalement, c'est le plus bas soumissionnaire conforme qui l'emporte lorsqu'il y a des appels d'offres municipaux. «En milieu municipal, on ne fonctionne pas tout à fait de la même façon que dans le privé», fait-il valoir.

Le maire Boulanger indique que Gardex est arrivé avec des prix nettement inférieurs à Machinex, mais que Machinex présentait d'autres avantages. «Quand c'est un devis de performance, c'est dur à évaluer», fait-il valoir. «On était mal à l'aise de ne pas donner le contrat au plus bas soumissionnaire.»

M. Boulanger estime que le dernier appel d'offres n'avait pas pu permettre de déterminer laquelle des deux compagnies était la meilleure. «Elles n'avaient pas les mêmes machines», dit-il. Le nouvel appel d'offres «est plus clair», indique le maire.

Le président de RM indique que la subvention de 480 000 $ promise par Recyc-Québec pour réaliser cette importante mise à jour est toujours en vigueur.

«On espère commencer les travaux cette année», dit-il.

L'appel d'offres ciblera des machines en particulier ou leurs équivalents qui sont nécessaires à la réalisation du projet.

La modernisation du centre de tri est devenue nécessaire afin d'améliorer la qualité des matières triées et de demeurer ainsi compétitif sur les marchés où sont vendues ces matières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer