Relais pour la vie hivernal: un vent de générosité a soufflé sur Hérouxville

Les marcheurs Sabrina Paquette, Maryssa Leroy et Alexandre... (Photo: Andréanne Lemire)

Agrandir

Les marcheurs Sabrina Paquette, Maryssa Leroy et Alexandre Perron de l'équipe des Pitounes ont bravé le froid pendant toute la nuit de samedi à dimanche.

Photo: Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Hérouxville) Les forts vents qui soufflaient samedi soir sur la petite municipalité d'Hérouxville n'ont pas empêché les 79 marcheurs de veiller toute la nuit à l'occasion de la 6e édition du Relais pour la vie hivernal, le seul du genre au Canada. Même si les participants n'ont pas été aussi nombreux que lors des éditions précédentes, c'est une rondelette somme de 39 400$ qui a été amassée.

Il ventait, la neige s'est jointe à la fête, le mercure est descendu sous la barre des -15 degrés Celsius, mais cela n'a pas empêché les irréductibles participants du relais hivernal de se relayer à la marche pendant douze heures. En tout, huit équipes ont pris part à ce rendez-vous annuel. L'édition 2016 a vu son effectif de marcheurs fondre de près de la moitié. C'est pourquoi le montant amassé se chiffre à environ 7000 $ de moins que lors de la dernière édition où les participants avaient réuni un peu plus de 46 400 $.

Évidemment, tout a été mis en place pour éviter que les marcheurs ne subissent les contrecoups du froid mordant. Des roulottes communautaires avaient été installées afin de permettre aux gens de se réchauffer au courant de la nuit. Les organisateurs n'ont pas lésiné sur les boissons chaudes alors que du chocolat chaud et du café étaient disponibles pour toute la durée de l'évènement.

Les températures exécrables des dernières semaines ont forcé les organisateurs à faire preuve d'ingéniosité à quelques jours de l'évènement.

«Avec la pluie qu'on a eue, on a été obligé de changer de parcours à la dernière minute à cause de la glace. On ne voulait pas que les gens tombent», explique Céline Mongrain, membre du comité des luminaires. «Mais là, le sentier est super beau», assure-t-elle.

L'évènement a commencé avec des témoignages riches en émotions de gens ayant perdu un être cher des suites du cancer ou qui ont dû accompagner un proche dans la lutte contre cette terrible maladie.

Par la suite, 47 porteurs d'espoir ont pris part au Tour des survivants. Les marcheurs se sont alors élancés vers le sentier pour une marche à relais qui devait durer jusqu'au lendemain matin.

La relève du relais

Il existe plusieurs façons de marquer son passage vers l'âge adulte. Pour Sabrina Paquette, c'est en marchant toute la nuit qu'elle a célébré ses 18 ans. Exit les célébrations dans une boîte de nuit. Pour celle qui s'implique depuis le toute première édition, il n'était pas question de rater l'évènement.

«C'est une belle cause, ça vaut la peine. On a la chance d'être en santé alors on en profite». «On veut montrer notre support à ceux qui sont atteints et qui ne peuvent pas profiter de la vie comme on le fait», ajoute son amoureux Alexandre Perron, à peine plus âgé qu'elle. Comme plusieurs, Sabrina Paquette avait des raisons bien personnelles de prendre part au Relais. Sa marraine Josée Paquette, qui est aussi coprésidente de l'évènement a eu à surmonter un cancer. Mais c'est surtout pour une de ses amies qui a succombé à un cancer généralisé l'été dernier dans la fleur de l'âge qu'elle était présente. «Ce soir, je suis là pour elle».

Après six éditions, Hérouxville reste le seul relais d'hiver à l'échelle du pays. Céline Mongrain a une explication toute simple à ce sujet : «C'est parce qu'on est les meilleurs, on est les plus forts», lance-t-elle avec humour. «Sérieusement, c'est un défi. Défier l'hiver, défier le cancer. On connaît tous une personne qui n'a pas pu combattre son cancer, mais ça va de mieux en mieux. Avec la recherche et l'argent qu'on amasse, on finit par trouver des solutions», ajoute-t-elle, pleine d'espoir. 

Depuis six ans, le Relais pour la vie hivernal d'Hérouxville a réussi à amasser plus de 250 000 $ pour une population d'à peine 1300 âmes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer