Facebook: l'identité de deux maires usurpée

Une personne a créé ce compte Facebook en... (Capture d'écran Facebook)

Agrandir

Une personne a créé ce compte Facebook en utilisant frauduleusement le nom et les photos du maire de Saint-Prosper-de-Champlain, Michel Grosleau.

Capture d'écran Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Deux maires de la Mauricie, celui de Trois-Rivières, Yves Lévesque, et celui de Saint-Prosper-de-Champlain, Michel Grosleau, se sont fait usurper leur identité sur Facebook au cours des dernières semaines. Des plaintes ont été logées à la Sécurité publique de Trois-Rivières par la Ville tandis que le maire Grosleau a confirmé au Nouvelliste qu'il rencontrera la Sûreté du Québec, lundi, pour demander une enquête.

C'est que l'individu qui a pris possession du compte du maire Grosleau envoie maintenant des messages personnels aux amis Facebook de ce dernier.

C'est une situation potentiellement dangereuse, fait valoir Mélanie Dumaresq, responsable des relations médias pour la Sûreté du Québec. C'est qu'une personne malveillante peut alors se servir de l'identité qui n'est pas la sienne, sur les réseaux sociaux, pour commettre des menaces envers une autre personne. Même si la victime signale tout de suite qu'elle s'est fait voler son identité, «il se peut qu'elle soit rencontrée par les policiers» quand même si un crime est commis, illustre-t-elle.

La porte-parole de la Sûreté du Québec indique qu'il ne faut surtout pas tarder à faire des signalements et des démarches pour que ça cesse et pour que l'auteur du délit soit retracé.

On peut facilement imaginer qu'il doit être assez désagréable de se retrouver sous enquête sans avoir posé de geste illégal.

Il est donc important de prendre les mesures qui s'imposent si l'on est victime d'un vol d'identité sur Facebook, sur tout autre média social ou même sur Internet, plaide-t-elle.

Du côté de Trois-Rivières, la Ville administre une page Facebook intitulée «Maire de Trois-Rivières Yves Lévesque» qui est gérée par le responsable des communications, Yvan Toutant. Cette page permet à la Ville de se rapprocher autrement de ses citoyens et de les mettre au parfum des nouvelles municipales.

Récemment, la Ville a découvert que quelqu'un avait ouvert une page Facebook intitulée «Yves L'évesque» (avec un L') sur laquelle figuraient des photos du maire qui «n'étaient pas du style que nous, nous mettrions» indique M. Toutant. On y voyait par exemple, une image de M. Lévesque avec le poing dans les airs, illustre-t-il.

«La semaine d'avant, il y avait eu aussi une autre page qui s'était appelée Yves Lévesque et j'avais demandé à Facebook de la fermer. Je pensais que le dossier était réglé», fulmine M. Toutant. «Est-ce la même personne qui, en voyant que sa page était fermée, a décidé d'en faire une autre?» se questionne-t-il.

«On a parlé à un spécialiste des réseaux sociaux qui nous a dit que la seule chose que Facebook fera, c'est de fermer le compte», raconte M. Toutant. Une plainte a été formellement déposée à la police de Trois-Rivières, indique-t-il, afin de tenter de retracer l'auteur de cette usurpation d'identité.

Yvan Toutant déplore que «n'importe qui peut ouvrir une page au nom de n'importe qui» sur Facebook.

La porte-parole de la Sûreté du Québec suggère fortement à tous ceux et celles qui ont un compte dans un ou des réseaux sociaux de changer leur mot de passe souvent et même d'utiliser un mot de passe pour tous les réseaux sociaux auxquels ils sont abonnés. Cela permet de réduire le piratage et le vol d'identité car la situation que vivent présentement les deux maires représente un vol d'identité, donc une infraction criminelle.

N'empêche que n'importe qui ayant accès à une page Facebook peut très facilement s'approprier les photos qui s'y trouvent et s'en servir pour démarrer une nouvelle page avec l'identité volée de la personne.

«Il faut trouver une façon pour authentifier la personne qui ouvre une page. Sinon, on s'en va vers quoi? Les réseaux sociaux deviennent de plus en plus un problème», fait valoir M. Toutant.

Si quelqu'un écrit des faussetés en se servant de l'identité d'une autre personne, «c'est toi qui es pris pour te défendre», déplore Yvan Toutant.

«Il y a un problème au niveau des réseaux sociaux. Il va falloir que les gouvernements légifèrent à un moment donné», plaide-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer