• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > Intersection Bellefeuille et des Récollets: pas de carrefour giratoire, tranche la Ville 

Intersection Bellefeuille et des Récollets: pas de carrefour giratoire, tranche la Ville

Il n'y aura pas de carrefour giratoire à... (Olivier Croteau)

Agrandir

Il n'y aura pas de carrefour giratoire à l'intersection de la rue Bellefeuille et du boulevard des Récollets.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières a tranché. Il n'y aura pas de carrefour giratoire à l'angle de la rue Bellefeuille et du boulevard des Récollets, l'intersection la plus fréquentée de la cité de Laviolette.

«La Ville a décidé de ne pas aménager de carrefour giratoire à cet endroit. Le site n'est pas propice à cela et les coûts sont trop importants», explique le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant.

Le président du Comité de circulation et de stationnement à la Ville de Trois-Rivières et conseiller du district de Sainte-Marguerite, Pierre A. Dupont, soutient que les coûts d'un carrefour giratoire à l'intersection de la rue Bellefeuille et du boulevard des Récollets explosaient littéralement.

«On était rendu à 4 millions $ et ce n'était pas fini», avoue-t-il en ajoutant que la configuration du secteur, avec les nombreux commerces et les lignes de transmission d'Hydro-Québec, ne se prête pas à la confection d'une telle infrastructure routière.

«Si on voulait faire le carrefour giratoire, il fallait partir de très loin. Il n'y a pas un homme d'affaires qui aurait voulu nous céder du terrain.»

Ce n'est pas un secret pour aucun automobiliste de Trois-Rivières, cette intersection est pour le moins problématique. Malgré les améliorations que la Ville y a apporté ces dernières années afin de favoriser la sécurité et la fluidité, des problèmes de circulation subsistent à cet endroit. L'intersection n'a pas été conçue pour accueillir 45 000 véhicules par jour.

De plus, le développement de la dernière décennie a multiplié les entrées commerciales et la circulation automobile. La Sécurité publique de Trois-Rivières affirme d'ailleurs, selon des données de 2013, que l'intersection de la rue Bellefeuille et du boulevard des Récollets est celle où il y a le plus d'accidents de la route.

Cette année-là, 24 accidents sont survenus à cet endroit. Trois ans plus tôt, on en comptait toutefois 40 à cette intersection. Cette diminution s'explique, selon l'agent Michel Letarte de la Sécurité publique de Trois-Rivières, par les améliorations apportées à la signalisation à la suite d'une étude sur la sécurité routière concernant spécifiquement cet endroit.

Rappelons qu'en raison de la proximité des feux de circulation sur Bellefeuille, des automobilistes pouvaient suivre les indications des mauvais feux. Ce problème a été corrigé.

Le conseiller Pierre A. Dupont estime pour sa part que la fluidité est acceptable à cet endroit. De plus, son comité attend les statistiques d'accidents des dernières années afin de déterminer si des modifications seront à nouveau apportées à l'intersection.

«S'il n'y a pratiquement pas d'accidents, nous ne ferons plus de modifications», précise M. Dupont.

Lorsqu'on recense les intersections les plus fréquentées, on remarque que le boulevard des Récollets est une artère névralgique pour Trois-Rivières. Les trois intersections les plus achalandées de la ville se situent toutes sur ce boulevard.

Après l'intersection du boulevard des Récollets et Bellefeuille, celles du boulevard des Récollets avec le boulevard Jean XXIII ainsi qu'avec le boulevard des Forges viennent en deuxième et troisième places des intersections les plus achalandées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer