ENPQ: une remise de diplômes marquée par la mort de Thierry Leroux

«En 2013, Thierry Leroux était un jeune aspirant policier comme vous tous, de... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) «En 2013, Thierry Leroux était un jeune aspirant policier comme vous tous, de la 143e promotion. Il graduait à cette école. Il était heureux comme vous tous, accompagné de ses parents et amis. Il ignorait ce qui l'attendait. Il était très apprécié de tous. Il nous a quittés tragiquement».

Voilà comment l'aumônier de la Sûreté du Québec, Lucien Ouellet, a rendu hommage au policier de 26 ans, abattu il y a une semaine dans une résidence de la réserve algonquine de Lac-Simon, lors d'une intervention de routine.

Même si l'École nationale de police du Québec (ENPQ) à Nicolet procède annuellement à neuf remises d'attestations, la cérémonie de vendredi, pour les 72 membres de la 167e promotion, revêtait un caractère particulier en raison de ce drame qui a coûté la vie à Thierry Leroux, dans le secteur de Val-d'Or.

Après l'entrée du drapeau enrubanné de noir, l'abbé Ouellet a invité les quelque 500 personnes réunies au gymnase de l'institution à observer une minute de silence en sa mémoire. «Pour sauvegarder celle des autres, il a fait le don de sa vie et de tous ses rêves en accomplissant généreusement son devoir de policier», a-t-il ajouté.

Celui-ci dit avoir vécu très rarement ce genre d'épreuve en 53 ans de vocation auprès des policiers. «Mais c'est une fois de trop», a avoué l'aumônier qui, par sympathie, a voulu partager cette peine avec les membres de la famille. «Que son souvenir reste bien vivant», renchérit-il.

Dans son allocution, le directeur général de l'ENPQ, Yves Guay, a rappelé que la profession policière comporte des risques. «L'annonce de la mort tragique du jeune policier Thierry Leroux nous a grandement secoués. Mais il faut continuer à avoir confiance. La formation que vous avez reçue vous a très bien préparés à exercer les responsabilités inhérentes à la profession policière, et à relever les défis qui se pointent à l'horizon pour vous. Vous pouvez avoir confiance en vos ressources, en votre savoir-faire acquis au fil de plus de 2000 heures de formation depuis le début de votre parcours jusqu'à aujourd'hui», leur a-t-il lancé.

Président d'honneur de cette deuxième cérémonie du genre en 2016, le nouveau recteur de l'UQTR, Daniel McMahon, a aussi parlé d'une tâche qui comporte des risques importants. «Le malheureux événement survenu la fin de semaine dernière nous l'a rappelé trop vivement. Malgré tout, je crois que vous avez tous les outils en main pour réussir dans votre carrière. Vous êtes passés par l'une des meilleures écoles de police au monde et y avez perfectionné les techniques essentielles à votre pratique. Vous allez jouer un rôle important, essentiel même, dans la société», leur a communiqué celui qui fut président du conseil d'administration de l'ENPQ de 2006 à 2016.

On lui a d'ailleurs remis une oeuvre d'art en guise de reconnaissance pour ses dix ans d'implication. «Bien au-delà de ses fonctions de président, M. McMahon s'est toujours montré passionné par la mission de notre école, et c'est probablement dans l'ombre qu'il aura contribué à bâtir ce qui est clairement un joyau dans le milieu de la formation au Québec. Toujours d'une rigueur sans faille et d'un soutien indéfectible, l'École perd de toute évidence un de ses grands bâtisseurs, mais, j'en suis sûr, conservera un de ses meilleurs ambassadeurs», a déclaré Yves Guay.

Au cours des derniers jours, les membres du personnel et les étudiants de l'ENPQ ont arboré le ruban noir à la mémoire de Thierry Leroux, un signe qui était toujours visible lors de la cérémonie. En plus d'avoir mis son drapeau en berne, l'institution a mis à la disposition des gens un livre de condoléances destiné à transmettre des messages de sympathie aux proches de la victime de 26 ans. Et l'École sera représentée lors de ses funérailles civiques prévues le 26 février prochain à Chicoutimi.

Finalement, la remise de certificats au mérite n'était pas sans rappeler que Thierry Leroux, tué en répondant à un appel relatif à une dispute, était en nomination pour le prix d'excellence du mérite sportif lorsqu'il fut diplômé le 29 novembre 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer