Dame Nature complique les choses

Mini-Mouse, une chatte errante de 5 ans, a... (SPA Mauricie)

Agrandir

Mini-Mouse, une chatte errante de 5 ans, a subi l'amputation de ses oreilles et de sa queue nécrosées par la morsure du froid

SPA Mauricie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est un joyeux mélange de précipitations qu'on attend, mardi. Neige et verglas sont au rendez-vous, de quoi décourager n'importe quelle organisation d'activités hivernales.

Mais Jean-Claude Milot, le maire de Saint-Luc-de-Vincennes et président de Défi Mauricie, une des plus importantes courses de chiens de traîneaux au Québec, n'a pas l'intention d'annuler l'événement prévu les 27 et 28 février dans sa municipalité. S'il le faut, dit-il, il ira lui-même «s'adresser à la bonne fille qui nous annoncera une meilleure météo».

Jean-Claude Milot était justement en train de préparer les sentiers de course, lundi. Avec les bons appareils, croit-il, il y aura moyen de brasser les précipitations tombées au sol et d'assurer un fond de piste potable. «Ici, il a neigé un peu récemment. On devrait avoir ce qu'il faut», estime-t-il, plein d'espoir.

M. Milot a, semble-t-il, raison d'être optimiste puisque samedi, 10 cm de nouvelles précipitations, cette fois de neige, devraient s'abattre sur la région, indique Simon Legault, météorologue chez Environnement Canada.

Entre-temps, indique M. Legault, il fera assez froid pour que les précipitations de mardi ne fondent pas. Quant à savoir ce que prépare Dame Nature pour la semaine qui précédera le Défi Mauricie, c'est un peu trop loin pour le prévoir, fait valoir le météorologue. «Mais je n'annulerais pas l'événement tout de suite», plaide-t-il, car l'hiver est loin d'être fini.

Karine Dahan, de la Fondation Le Havre, et... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

Karine Dahan, de la Fondation Le Havre, et Dany Lacroix, directeur des services cliniques au Centre Le Havre.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Vigilance en hausse

Alors que le début de l'hiver a été exceptionnellement doux, dans la région, les températures de février regagnent les normales de saison. Et comme chaque année, il y a des personnes et des animaux qui en souffrent.

Au Centre Le Havre, où l'on accueille les personnes itinérantes, les demandes d'hébergement n'augmentent toutefois pas en fonction des froides températures, indique le directeur des services techniques, Dany Lacroix.

Toutefois, en période de grands froids, comme on a vécu ces derniers jours, «la vigilance des intervenants augmente.» C'est en juillet et en août, alors que les itinérants se déplacent, que les demandes sont toutefois les plus fréquentes en hébergement.

En 2015, Le Havre a reçu 1067 demandes d'hébergement. Depuis 10 ans, elle en reçoit un peu plus de 1000 chaque année, indique M. Lacroix. Le Havre est en campagne de financement et vise à recueillir 80 000 $ afin de consolider sa capacité d'accueil d'urgence ainsi que son équipe de suivi dans la communauté.

C'est que l'organisme fait aussi de son mieux pour nourrir non seulement les résidents, mais aussi ceux qui ont quitté la résidence afin de leur conserver un point d'ancrage, un lieu pour socialiser avec d'autres personnes. En deux ans, le nombre de repas servis annuellement est passé de 17 000 à 22 000. Le service est de plus en plus difficile à maintenir, indique M. Lacroix, à cause de la hausse vertigineuse du prix des aliments. La campagne de financement a réussi, jusqu'à présent, à recueillir la moitié de l'objectif initial.

SPA Mauricie

À la Société protectrice des animaux de la Mauricie, il a fallu amputer les oreilles et la queue de Mini-Mouse, une petite chatte errante de 5 ans, la semaine dernière. Ses coussinets ont aussi été grièvement blessés par la morsure du froid. Deux ou trois cas comme celui-ci sont arrivés au refuge depuis quelque temps.

Comme l'explique la responsable des communications à la SPAM, Sarah-Lise Hamel, les animaux errants récupérés pendant les périodes de grands froids doivent rester sous observation car il peut s'écouler jusqu'à 14 jours avant que la nécrose des tissus gelés commence à se manifester. Ces réfugiés à quatre pattes doivent donc faire l'objet d'une attention plus particulière que les autres.

La SPAM doit présentement composer avec un nombre important de chats adultes qui attendent de trouver un foyer pour la vie.

Elle a reçu un arrivage de chats par avion de Rouyn-Noranda, il y a deux semaines, dans le cadre du programme d'entraide des refuges.

La SPAM rappelle qu'en période de froid intense, il est recommandé de cogner sur le capot de la voiture ou de klaxonner pour permettre aux chats à la recherche de la chaleur du moteur de s'en aller avant d'être blessés lors du démarrage.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer