Marmen agrandit son usine grâce au pont Champlain

«Pour nous, c'est l'un des plus gros contrats... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

«Pour nous, c'est l'un des plus gros contrats depuis longtemps pour un client québécois. Et c'est un nouveau marché» - Patrick Pellerin, président de Marmen.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le nouveau pont Champlain, qui sera construit au coût de 4,2 milliards de dollars d'ici 2019, aura un peu de Marmen dans ses structures. En effet, l'entreprise de la famille Pellerin vient de décrocher un contrat de fabrication de caissons auprès du Groupe Canam, fabricant de la charpente en acier des approches.

Conséquence? Le président de Marmen, Patrick Pellerin, a annoncé en primeur au Nouvelliste l'agrandissement de son usine de fabrication générale située dans le parc industriel de Trois-Rivières. L'ajout de 40 000 pieds carrés à l'actuel bâtiment de 80 000 pieds carrés, érigé il y a dix ans sur la rue Jules-Vachon, et l'achat d'équipements spécialisés représenteront un investissement de sept millions de dollars.

Les nouvelles installations fourniront l'espace requis pour procéder à la fabrication de composantes du futur pont Champlain. «Dans deux mois, on va commencer le projet dans notre usine existante et seulement la moitié de l'expansion servira à ce projet. C'est que le nouveau bâtiment nous permettra d'augmenter notre capacité de production pour tous les projets de fabrication générale», a-t-il précisé en entrevue.

Les travaux de mise en chantier ont débuté en janvier et se termineront à la fin mai 2016. Au terme des investissements, une trentaine d'emplois de soudeurs et de manoeuvres spécialisés seront créés, sans compter les divers emplois reliés à la construction de l'usine.

Selon M. Pellerin, Marmen et Canam sont «en relation depuis très longtemps». «On est l'un de leurs clients», a-t-il fait savoir tout en révélant que c'est Canam qui sera d'ailleurs derrière la structure de l'agrandissement trifluvien.

Il faut dire que le Groupe Canam est le plus important fabricant nord-américain de composantes métalliques et se spécialise dans la conception de solutions de construction et la fabrication de produits sur mesure. Il participe en moyenne à 10 000 projets par année dans trois groupes de produits et services: bâtiments, charpente métallique et ponts.

Mais c'est la division de Groupe Canam, Canam-ponts, qui a signé un contrat de 225 millions de dollars pour la fourniture de la superstructure en acier des approches du nouveau pont Champlain. Canam-ponts est le segment d'affaires responsable de la conception et la vente de ponts d'acier, d'appareils d'appui et de joints de dilatation dans le marché des ponts routiers et ferroviaires du Canada et de plusieurs États américains. En ce qui concerne son mandat pour le pont Champlain, la fabrication a débuté à l'automne 2015 et les livraisons s'échelonneront jusqu'au printemps de 2018.

Et c'est par une heureuse coïncidence qu'un représentant de Marmen s'était informé auprès de Canam de ses besoins en sous-traitance. Résultat? L'équipe de Patrick Pellerin fournira des caissons pesant entre 60 et 80 tonnes et d'une longueur se situant entre 60 et 80 pieds.

«Pour nous, c'est l'un des plus gros contrats depuis longtemps pour un client québécois. Et c'est un nouveau marché», s'est-il plu à souligner.

On sait que Marmen est un sous-traitant hautement reconnu des constructeurs OEM qui dispense ses services à des entreprises provenant de secteurs déjà forts diversifiés tels que l'énergie éolienne, l'hydroélectricité, les turbines à gaz et à vapeur, les minières, l'aviation, l'aérospatiale, les industries militaire et médicale ainsi que le gaz et le pétrole.

Or, avec la chute actuelle de ce dernier secteur d'activités, les besoins d'équipements de plate-forme de forage se font plutôt rares. D'où le caractère d'autant plus intéressant de ce contrat pour le nouveau pont Champlain qui ajoute à cet élan de diversification chez Marmen.

Passé maître dans la prestation de services d'usinage haute précision, de fabrication et d'assemblage mécanique de pièces de toute taille à l'échelle internationale, Marmen possède pas moins de cinq usines à Trois-Rivières ainsi que des installations spécialisées dans la fabrication d'éoliennes à Matane, en Gaspésie, et à Brandon, dans le Dakota du Sud, aux États-Unis.

En tout, la famille Pellerin fait travailler près de 1400 personnes dont la grande majorité en sol trifluvien. Et pour la future main-d'oeuvre découlant de l'expansion annoncée, Marmen recrute, entre autres, des soudeurs, des inspecteurs END et des manoeuvres. Pour consulter la liste complète des postes à pourvoir et pour postuler en ligne, les gens intéressés peuvent visiter le www.marmeninc.com.

«Nous sommes très heureux d'être impliqués dans un projet d'infrastructure de grande envergure qui générera la création de plusieurs emplois à Trois-Rivières», a conclu le président.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer