Marché du travail: Trois-Rivières n'est pas en reste

La capitale régionale joue parfaitement son rôle de locomotive en Mauricie. En... (François Gervais)

Agrandir

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La capitale régionale joue parfaitement son rôle de locomotive en Mauricie. En effet, entre 2013 et 2015, Trois-Rivières affiche une création nette de 4900 emplois, une hausse de 7,2 %. Parmi les régions métropolitaines de recensement au Québec, seule Sherbrooke a mieux fait au cours de la même période, avec une croissance du nombre d'emplois de 8,3 % en deux ans.

«À 6,6 %, le taux de chômage de Trois-Rivières est même mieux que celui au Centre-du-Québec, longtemps réputé pour ses pénuries de main-d'oeuvre», fait remarquer Frédéric Laurin, professeur en économie à l'UQTR. «On a tendance à dire que le taux de chômage naturel tourne entre 4,5 % et 5 %. On s'en approche!»

Comme en Mauricie, le taux d'activité de Trois-Rivières affiche une belle croissance pour s'établir à 59,1 % en 2015, un sommet en quatre ans. «C'est une très, très bonne nouvelle», partage le professeur. «Ça veut dire que non seulement les chômeurs se trouvent des emplois, mais aussi les sans-emplois qui ne se cherchaient pas nécessairement un travail. Il y a quelque chose qui bouge!»

Évidemment, l'agglomération trifluvienne se retrouve encore loin d'un taux d'activité de 70,9 % ou d'un taux d'emploi de 65,9 % comme à Gatineau, mais encore là, il faut se souvenir d'où part la capitale régionale.

Contrairement à l'ensemble de la région, Trois-Rivières est parvenue à augmenter son nombre d'emplois à temps plein et à temps partiel entre 2013 et 2015.

À l'image de la Mauricie, la capitale régionale n'a jamais compté aussi peu de chômeurs que l'an dernier, avec 5200. C'est 2000 de moins qu'en 2011, selon Statistique Canada.

Rappelons que depuis l'an dernier, l'agence fédérale a abandonné l'étude de Shawinigan dans ses agglomérations urbaines, en raison d'un échantillonnage insuffisant.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer