Garderies: l'AQCPE intensifie les moyens de pression

Le président-directeur général de l'AQCPE, Louis Sénécal... (PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE)

Agrandir

Le président-directeur général de l'AQCPE, Louis Sénécal

PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le plus important des regroupements de centres de la petite enfance entreprend une intensification des moyens de pression en vue de faire reculer le gouvernement Couillard, qui prévoit toujours réduire de 120 millions $ l'enveloppe budgétaire des services de garde subventionnés.

L'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) invite parents, grands-parents et enfants à une série de rassemblements ce dimanche, le plus important à Montréal, mais aussi dans 17 autres villes du Québec. Le rassemblement le plus près de la région a lieu à Drummondville à 10 h au parc Saint-Frédéric. Sinon, une cinquantaine d'autobus, dont certains partiront de la région, doivent se rendre à Montréal pour le grand rassemblement. «C'est un choix politique que le gouvernement a fait et il faut que la population crie haut et fort son dégoût», a déclaré le président de l'AQCPE, Louis Sénécal, en conférence de presse vendredi.

L'Association, qui représente environ les trois quarts des CPE, annonce également des fermetures d'établissements, soit pour quelques heures ou des journées complètes à compter du mois de mars, selon ce que décideront les parents des CPE.

M. Sénécal affirme qu'entre 2000 et 2500 emplois, occupés presque exclusivement par des femmes, sont menacés, dont 900 dans la seule région de Montréal.

Son collègue Brian Naud, directeur du Regroupement des CPE de l'Île de Montréal, a lancé la question suivante à l'intention de la ministre de l'Économie, Dominique Anglade: «Si une entreprise de Montréal fermait ses portes demain matin et que 900 travailleurs se retrouvaient à la rue, est-ce que vous ne chercheriez pas des solutions pour maintenir ces emplois?»

L'AQCPE estime que tout l'argumentaire soutenant les compressions, qui s'appuyait sur le piètre état des finances publiques, ne tient plus puisque Québec prévoit désormais des surplus, une position totalement endossée par la coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David.

Avec la collaboration de Gabriel Delisle

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer