Une arnaque des grands-parents évitée

La vigilance de la conseillère aux Services aux... (Olivier Croteau)

Agrandir

La vigilance de la conseillère aux Services aux membres à la caisse Desjardins de Nicolet, Suzanne Dionne, a permis d'éviter une fraude de type grands-parents.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Nicolet) La vigilance d'une conseillère de la caisse populaire Desjardins de Nicolet a permis jeudi d'éviter une fraude des grands-parents de 5000 $.

Suzanne Dionne est conseillère aux Services aux membres à la caisse de Nicolet et affirme d'emblée que le rôle de l'institution financière «est de protéger l'avoir des membres».

Lorsqu'une dame âgée a communiqué avec elle jeudi pour retirer 5000 $, Suzanne Dionne a eu des soupçons. Étant au fait des fraudes de grands-parents et des stratagèmes normalement utilisés, la conseillère a questionné la dame.

«Nous sommes sensibilisés à l'abus financier des aînés et nous devons avoir une bonne vigilance», explique Suzanne Dionne.

La dame qui voulait 5000 $ pour aider un petit-fils qui avait soi-disant été arrêté pour conduite avec les facultés affaiblies a bien voulu répondre aux questions de la conseillère. Bien qu'elle ne peut refuser une transaction demandée par un client, Suzanne Dionne soupçonnait une fraude.

«Nous avions été informés par les médias de l'arnaque. Je lui ai demandé si elle avait bien parlé à son petit-fils. Elle me disait que oui», ajoute-t-elle. «Je lui ai dit que ce n'était pas comme ça que ça se passait lorsqu'une personne se fait arrêter pour une ''balloune''. L'avocat ne prend pas l'argent immédiatement.»

Grâce à une procuration dans le dossier de la dame qui permettait à la conseillère de communiquer avec son fils, Suzanne Dionne a pu vérifier les informations reçues par la dame.

«La caisse m'a téléphoné et j'ai pu leur dire que ce n'était pas vrai», souligne le fils de la dame, dont le nom ne sera pas dévoilé pour ne pas divulguer l'identité de sa mère.

«C'est grâce à la caisse qu'on a pu éviter un nouveau cas de fraude.»

Par la suite, la famille a communiqué avec la Sûreté du Québec pour signaler la situation. Des policiers se sont rendus près de la résidence de la dame dans une voiture banalisée avec l'espoir d'intercepter les fraudeurs. Même si ceux-ci n'ont pas été arrêtés, la vigilance de Suzanne Dionne a permis d'éviter une autre arnaque des grands-parents.

«Heureusement, ma mère n'a pas perdu de l'argent. Mais le stratagème existe encore», a tenu à souligner le fils de la dame.

Reconnaissante de la démarche de Mme Dionne, la dame lui a même offert des fleurs pour la remercier. Ce geste a touché la conseillère de la caisse populaire de Nicolet.

La sergente Annie Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec, affirme que cette arnaque est répandue partout dans la province. «Il y a souvent des vagues qui surviennent dans toutes les régions», indique-t-elle.

Le mouvement Desjardins se dit par ailleurs préoccupé par les cas de fraudes dont pourraient être victimes ses membres. Valérie Lamarre, conseillère aux communications chez Desjardins, souligne que les employés de l'institution financière ont eu de la formation à ce sujet. Si l'arnaque de type des grands-parents a fait la manchette cette semaine, il existe aussi l'arnaque amoureuse ou l'abus financier envers les aînés. Plusieurs outils de sensibilisation sont d'ailleurs disponibles sur le site Internet de Desjardins afin de connaître ces stratagèmes frauduleux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer